> Olivier Jung, une pêche d’enfer

Rédigé le 08/11/2013.

 

Olivier Jung, qui ne compte jamais ses efforts, a pris une part prépondérante dans le succès du SAHB aux dépens de Nîmes, mercredi. Le pivot de Sélestat espère maintenant remettre ça contre Paris.

 

Après avoir jeté toutes ses forces dans la bataille pour aider ses copains à pêcher deux points précieux, la veille face à Nîmes (30-27), Olivier Jung s’est lancé dans une vraie partie de pêche au lendemain de la victoire. Question de recharger les batteries après une soirée particulièrement énergivore. Avec Laszlo Fulop, l’un des autres héros d’une soirée particulièrement réussie, le pivot atypique du SAHB a taquiné le poisson pour se vider l’esprit. Penser à autre chose, le temps d’une matinée, pour mieux replonger dans le quotidien d’un handballeur de haut niveau. D’un compétiteur de premier rang avant tout.

 

« J’ai senti que j’étais dans un bon soir »

 

Car ce qui marque les esprits, ce qui saute aux yeux, surtout lorsqu’il dispose du temps de jeu pour pouvoir l’exprimer, c’est la combativité hors normes qu’« Olive » affiche sur un terrain. Que son adversaire fasse dix ou douze centimètres de plus que son mètre 84 ou qu’il affiche cinq voire six kilos de plus que ses 91 unités à lui, il n’hésite pas à aller au charbon, à se sacrifier pour la bonne cause, pour l’équipe, pour la victoire. « Je ne calcule pas trop, je profite du temps de jeu qu’on me donne pour me lâcher. Mercredi j’ai tout de suite senti que j’étais dans un bon soir. Que tout marchait. Alors j’en ai profité , confie celui qui a fait ses premiers pas de handballeur à Altkirch. Je me suis mis au niveau des autres. Tout le monde en voulait. Notre défense était bien en place, tout se passait bien ».

 

Suite de l'article L'Alsace

 

Photo : Strasbourg photo