> En quête de bons souvenirs

Rédigé le 14/12/2013.

 

Les délocalisations du Sélestat Alsace Handball au Rhenus séduisent toujours autant. L’enceinte strasbourgeoise sera ainsi copieusement garnie, demain contre Chambéry. Reste maintenant aux Violets à en faire aussi une fête sur le plan sportif.

 

Il ne s’agit pas là de contester la pertinence de ces délocalisations au Rhenus. Bien au contraire.

 

Presque toujours jouées à guichets fermés (5 500 places en configuration handball), les rencontres du Sélestat Alsace Handball à Strasbourg connaissent un succès qui ne se dément pas.


« Ce premier succès au Rhenus est attendu par tout le monde au club »

 

Elles constituent un réel levier pour le club bas-rhinois, tant sur le plan financier que médiatique. Elles rappellent également, si besoin était, que l’Alsace reste une terre de handball, prompte à se passionner pour les grandes affiches.

 

Un succès, donc, mais pas total. Pour la simple et bonne raison que les Violets n’ont encore jamais levé les bras en vainqueurs au Rhenus. Le match nul arraché à la dernière seconde contre Montpellier, un inoubliable soir de novembre 2012, avait des allures de victoire. Mais il ne suffit pas à redorer un bilan sportif déficitaire.

 

Un paramètre, pas le moins important, est cependant à prendre en compte. C’est au Rhenus que Sélestat se mesure aux cadors du championnat : Montpellier, le PSG et Chambéry.

 

Rien ne dit que les coéquipiers d’Arnaud Freppel seraient parvenus à dominer ces équipes dans leur “chaudron”. Cela n’a d’ailleurs pas été le cas quand Chambériens et Parisiens sont venus au CSI.

 

Suite de l'article DNA

 

Photo archives DNA JC Dorn