> Jamais interdit de rêver

Rédigé le 12/02/2014.

 

Après une prestation sans relief, dimanche à Dunkerque, Sélestat voudra se rassurer face au PSG. De là à réaliser un incroyable exploit, il y a un (grand) pas que les Violets tenteront de réaliser.

 

C’est évidemment une affiche à même de faire saliver tous les amoureux de hand. Le PSG, ses stars mondiales et ses récents champions d’Europe débarquent en Alsace.

 

Si le public violet aura bien sûr les yeux de Chimène pour Mikkel Hansen ou Luc Abalo, il espère sans doute secrètement un exploit majuscule, un de ceux jamais réalisés jusque-là.


« On était tout près d’accrocher quelque chose lors du match aller, mais là, les compteurs sont remis à zéro »

 

Depuis que les artistes de la petite balle ronde ont rallié la capitale, durant l’été 2012, seules quelques grosses écuries de LNH – Montpellier, Nantes, Dunkerque, Saint-Raphaël et Chambéry – sont arrivées, sporadiquement, à faire tomber le Paris Saint-Germain.

 

Personne, absolument personne, n’est parvenu, parmi les clubs disputant “l’autre championnat”, celui pour le maintien, à faire vaciller l’armada parisienne.

 

Sélestat, comme d’autres, n’en est parfois pas passé loin. Lors du match aller, Jordan François-Marie et les siens auraient mérité (bien) mieux. Quelques coups de sifflet malheureux et un Luc Abalo décisif dans les dernières minutes en avaient décidé autrement (37-34).

 

Suite de l'article DNA

 

Photo : Steph-dit-esca