> Plus fort que le sort

Rédigé le 23/03/2014.

 

Il fallait gagner pour faire un pas de géant vers le maintien en D1. Même amoindri, Sélestat a su au moins ne pas perdre. Le point pris hier contre Tremblay (24-24) sera sans doute précieux.

 

Il fallait être fort pour ne pas sombrer. Car les vents contraires étaient nombreux hier. Sélestat avait déjà abordé ce match décisif contre Tremblay largement diminué par les absences de Fulop, Beretta, François-Marie et Salami (les deux derniers cités devraient être de retour contre Toulouse le week-end prochain).

 

Et pour ne rien arranger, Pawel Podsiadlo devait quitter ses coéquipiers dès la 19e (touché au genou, le Polonais va passer une IRM pour connaître la gravité de sa blessure, mais il manquera plusieurs semaines). Comme un symbole, c’est après la sortie de son arrière gauche que Sélestat a commencé à plier.


« On a fait avec les moyens du bord »

 

Car l’entame de match avait montré toute la détermination alsacienne. Si Sall frappait le premier (0-1, 1re ), Pesic et Podsiadlo replaçaient rapidement Sélestat devant (2-1, 3e ). Et si les Violets trouvaient à trois reprises les montants de Malina, cela ne les empêchait pas de creuser l’écart. Le 3-0 initié par Freppel et conclu par Jung leur donnait de l’air (6-2, 11e ).

 

Suite de l'article DNA

 

Photo DNA - FD