> Sans penser à Dijon

Rédigé le 09/04/2014.

 

Trois jours avant son quart de finale de Coupe de France contre Dijon, Sélestat se déplace ce soir à Nîmes, avec l’espoir d’enfin décrocher un premier succès en championnat en 2014.

 

Après une coupure – bienvenue – d’une dizaine de jours, Sélestat repart, déjà, sur les chapeaux de roues, avec au programme trois matches en huit jours (Nîmes et Saint-Raphaël en championnat, Dijon en Coupe de France).

 

Trois échéances qui revêtent toutes une immense importance. Car les Violets, sevrés de victoire en 2014 en championnat, ont un besoin urgent de points pour assurer leur maintien en D1.

 

« Pour atteindre notre objectif, il faut gagner, lance le demi-centre et capitaine Yuriy Petrenko. Et on ne doit pas attendre le dernier match. »

 

Cette semaine, le club alsacien a également l’opportunité, samedi au CSI contre Dijon, de retrouver le dernier carré de la Coupe de France, pour la première fois depuis 2008.

 

« Dijon sera aussi un match important, qu’il faudra gagner afin d’engranger de la confiance pour la suite du championnat », poursuit l’Ukrainien.

 

« Un match à fort enjeu pour les deux équipes »

 

Mais on peut établir des “priorités”, même quand tout est important. Tout le monde “oubliera” que le parcours de Sélestat s’est arrêté en quart de finale. Mais on retiendrait davantage – c’est un euphémisme – une descente en Pro D2.

 

Suite de l'article DNA

 

Photo Strasbourg photo