> Croire en des jours meilleurs

Rédigé le 18/04/2014.

 

Une défaite de plus (26-30 contre Saint-Raphaël), un blessé de plus (Yuriy Petrenko) : pas grand-chose ne va actuellement du côté de Sélestat. Il va falloir continuer à croire en des jours meilleurs. Les Violets n’ont de toute façon pas d’autre choix…

 

Certes, sur un strict plan comptable, ce revers face à Saint-Raphaël pourrait s’apparenter à une opération blanche, puisque Sélestat garde quatre longueurs d’avance sur la zone rouge. Mais les choses ne sont pas aussi simples.

Cette trop longue série de défaites (aucun succès en championnat en 2014) commence indéniablement à trotter dans les têtes sélestadiennes. « Inconsciemment, ça pèse, souffle Jordan François-Marie. On n’a pas l’impression d’être touché, mais les matches que l’on réalisait auparavant à domicile, on n’arrive plus à les reproduire. »
 

« On rate trop de choses simples »

 

Bien sûr, cette équipe de Saint-Raphaël était plus forte. Mais les Violets ont déjà fait tomber plus costauds qu’eux dans leur chaudron du CSI. Ce n’est plus le cas et ils continuent, fatalement, de trembler.

Suite de l'article DNA