> Aman s’est accroché

Rédigé le 21/12/2011.

 

Utilisé avec parcimonie depuis le début de la saison, Valentin Aman a signé une entrée remarquée face à Dunkerque, samedi dernier. Le jeune pivot sélestadien a vu ses efforts à l’entraînement récompensés par un temps de jeu bonifié. Ce soir à Paris, il voudra une nouvelle fois prouver que l’on peut compter sur lui.

 

Le train était parti sans lui. Victime d’une entorse du genou durant la préparation, Valentin Aman avait manqué les deux premiers rendez-vous de la saison. Et depuis son retour, lors de la 3 e journée face à Saint-Raphaël, les minutes passées sur le terrain étaient rares.

 

« C’est sûr que je me suis posé des questions », avoue le pivot sélestadien, peu enclin à « squatter le banc ». Pour revenir en “grâce”, Valentin Aman s’est « remis en cause », plutôt que de ronger son frein ou de se trouver des excuses. « Je m’investis plus aux entraînements, j’essaie de me donner les moyens de réussir. »

 

« Montrer au coach qu’il peut me faire confiance »

 

Une remise en question indispensable selon le jeune joueur (20 ans). « Il le fallait pour grappiller du temps de jeu. Je sentais que cela allait être compliqué sinon, d’autant plus que le poste de pivot est triplé (avec Pesic et Jung, ndlr). Et je n’ai pas du tout envie de jouer en équipe réserve », explique-t-il, résolument ambitieux.

Cet investissement n’a pas échappé à Jean-Luc Le Gall, lequel n’a pas hésité à lui donner du temps de jeu contre Dunkerque. Avec un impeccable 4 sur 4 au tir en seconde période, Valentin Aman a largement justifié la confiance de son entraîneur. « J’avais marqué un but contre Ivry (lors de la 5 e journée), mais c’est vraiment ce week-end que j’ai ouvert mon compteur. »

 

Suite de l'article DNA