> Avec Gudjonsson, Sélestat prend l’accent islandais

Rédigé le 08/09/2014.

 

Le SAHB a confié les clés de son jeu au patron de l’équipe d’Islande. Snorri Gudjonsson devra user de son expérience pour trouver rapidement la bonne carburation.

 

Snorri, comment un joueur de votre standing, qui a évolué dans des clubs de prestige, a-t-il atterri à Sélestat, l’un des plus modestes de la LNH ?

 

C’est normal qu’on se pose cette question. Disons que je n’ai pas eu d’offres de Barcelone ou de Kiel (rires). J’arrive sur mes 32 ans et je voulais tenter quelque chose de nouveau. J’ai joué 6 ans au Danemark et avant cela 5 ans en Allemagne. J’avais fait le tour de ces deux pays.

 

Jouer en France était une envie ou une opportunité ?

 

La France possède une Ligue attractive, contrairement à l’Espagne. J’aurai aussi pu aller dans un autre club au Danemark. Si Kiel ou Flensburg avaient voulu m’engager, j’aurai certainement accepté. Mais je ne voulais pas aller dans un club plus petit. J’ai préféré la France. Pas seulement pour le handball, mais pour apprendre une nouvelle langue et découvrir une autre culture.

 

« Cela prendra du temps pour trouver nos affinités »

 

Vous connaissiez Sélestat avant d’y poser vos valises ?

 

Pour lire la suite de l'article L'Alsace, Abonnez vous en cliquant ICI

 

Photo L'Alsace DW