> 6ème de D1 à la fin des matches aller

Rédigé le 23/12/2011.

 

Des raisons d’espérer.

Le promu alsacien se porte bien. Vainqueur à Paris mercredi (31-24), le Sélestat Alsace Handball s’est confortablement installé en milieu de tableau. Dans un championnat d’une rare densité, les Sélestadiens sont bien partis pour assurer leur maintien.

 

La sixième place de Sélestat (partagée avec Cesson et Toulouse) l’autorise à aborder la suite avec sérénité.

 

PARCOURS - On dit souvent que les chiffres ne mentent pas. Avec six victoires pour sept défaites, Sélestat a réussi sa première partie de championnat. « Sur le plan comptable, je suis forcément très satisfait de notre parcours », explique Jean-Luc Le Gall.

 

« Un groupe sain et qui montre une vraie implication »

 

Le SAHB n’a pas flanché lors des matches importants à domicile (victoires contre Créteil, Ivry, Nîmes et Istres), agrémentant sa collecte de deux succès à l’extérieur (Toulouse et Paris). Face aux ténors (Chambéry, Montpellier, Nantes, Dunkerque, Saint-Raphaël), les Sélestadiens n’ont jamais été surclassés et auraient même pu être mieux récompensés en certaines occasions.

 

ÉTAT D’ESPRIT. – C’est incontestablement l’atout numéro 1 de cette équipe sélestadienne. « L’état d’esprit est ce qui m’apporte le plus de garanties. Après les matches, c’est la remise en question qui prime plutôt que de balancer sur les coéquipiers. C’est assez rare pour être souligné. »

 

L’entraîneur violet ne cache ainsi pas son bonheur de travailler avec « un groupe sain et qui montre une vraie implication ».

 

PROGRÈS. – Si Sélestat a bien négocié la phase aller, le meilleur serait-il encore à venir ? « On a une vraie marge de progression, martèle Jean-Luc Le Gall. Si on arrive à construire autour de ce groupe sur deux ou trois saisons, cela peut donner une équipe qui tournera fort. Des garçons comme Kevin (Beretta), Frédéric (Beauregard) ou Pawel (Podsiadlo), pour ne citer qu’eux, sont loin d’avoir exploité tout leur potentiel… »

 

Suite de l'article DNA