> Défaite 24-32 face à Cesson Rennes

Rédigé le 02/10/2014.

 

Sélestat, sans énergie et sans guère plus d’idées, s’est logiquement incliné à domicile, hier contre Cesson/Rennes, concurrent direct pour le maintien en D1 (24-32). Si les Violets ne réagissent pas, et vite, la saison risque fort de se transformer en galère.

 

Comment gagner un match en égarant autant de ballons (seize hier contre Cesson) ? Comment espérer s’imposer en perdant autant de duels ? La réponse est simple : c’est impossible. Face aux Bretons, les Violets ont fait l’étalage de tout ce qu’il ne faut pas faire. Ils l’ont, fort logiquement, payé très cher.

 

Frédéric Beauregard, le capitaine, avait le masque des mauvais jours. Et ne pouvait que s’interroger sur les maux dont souffre actuellement son équipe. « Je pense que Cesson était prenable. Je ne vois pas ce qu’ils ont de plus que nous… »

 

Peut-être pas grand-chose, peut-être même rien. Mais les Bretons ont défendu plus fort, ont commis (beaucoup) moins d’erreurs. « On doit aller de l’avant ensemble. Il va falloir se réunir entre les joueurs pour se dire les choses », soufflait encore Frédéric Beauregard, conscient de l’urgence qui commence à poindre à l’horizon. « Nous sommes maintenant obligés de faire des exploits. »

 

« On a lâché progressivement mais sûrement »

 

Ce match, c’est l’histoire d’une équipe qui s’est éteinte au fur et à mesure que les secondes s’égrenaient au tableau d’affichage. « Nous avons été présents une vingtaine de minutes, analysait le coach Jean-Luc Le Gall. Après, on a lâché progressivement mais sûrement. »

 

Suite de l'article DNA

 

Photo Club photo Marckolsheim - Roger