> Snorri Angel

Rédigé le 16/10/2014.

 


Auteur de 8 buts, ce mercredi, pour son équipe de Sélestat lors de la victoire précieuse des siens sur le parquet de Nîmes, le demi-centre islandais Snorri Stein Gudjonsson est aussi l’actuel meilleur buteur de la D1 (53 unités). Et donc forcément l’un des incontournables de ce début de saison.

 

Elu meilleur demi-centre des JO de 2008 avec une médaille d’argent à la clef après la défaite face à la France en finale, champion d’Islande et du Danemark, baroudeur au long cours passé par Reykjavik évidemment, Grosswallstadt, Minden, Rhein Neckar Löwen en Allemagne ou encore Gudme Svenborg et Copenhague au Danemark, Snorri Stein Gudjonsson en a vu du pays depuis le début de sa carrière. Et à même failli prendre doucement le chemin du retour avant de décider de relever le défi alsacien qui le révèle aujourd’hui aux yeux du public français. « Il était à deux doigts de rentrer au pays » confirme Ragnar Oskarsson, son ami et coach adjoint de Cesson-Rennes qui, lui aussi voyagea pas mal dans le championnat de France. « Mais il a décidé de relever ce dernier défi et je pense qu’il a vraiment bien fait. Il a beaucoup à apporter à cette équipe. » Quand on voit le rendement du demi-centre (53 buts et une activité débordante), on n’en doute pas et on se dit qu’il ne faudrait pas qu’il lui arrive quelque chose car il est à proprement parler phénoménal et indispensable au SAHB. « Je ne suis pas surpris des performances qu’il aligne depuis le début de saison » glisse son compatriote ex métronome d’Ivry, Nîmes et Dunkerque, « car il a quand même évolué dans des clubs, sans faire injure à Sélestat, un peu plus côtés avec des joueurs plutôt forts à côté de lui pendant des années. A cette époque, il n’était pas toujours obligé de prendre ses responsabilités. Il jouait plus comme meneur. Là, il doit prendre des responsabilités et je ne suis pas surpris qu’il mette autant de buts. C’est un super joueur qui connaît très bien le jeu, il a beaucoup d’expérience, notamment international avec plus de 220 sélections. Il sent vraiment bien les choses. Et puis c’est aussi quelqu’un de très précieux dans un groupe. Il n’est jamais le dernier à déconner, mais au bon moment. Quand il faut être sérieux, il l’est aussi. »

 

Ce qui impressionne surtout chez Gudjonsson, c’est sa capacité pour son gabarit et sa débauche d’énergie d’être présent de bout en bout. Ragnar Oskarsson : « On se connaît bien et on échange beaucoup ensemble et cet été on a travaillé physiquement avant que je ne rejoigne Cesson-Rennes et lui Sélestat. Je l’avais trouvé encore mieux que les précédentes années. Sur la fin de carrière, on fait encore plus attention à l’hygiène de vie, on se connaît mieux aussi. Les entraîneurs le font souffler en défense, bien que ça ne soit pas un mauvais défenseur, c’est bien. Là je pense qu’il est vraiment au top et qu’il a encore de bonnes années devant lui. » Les Violets s’en réjouissent après leur succès sur Nîmes qui les replace à la 10e place.

 

Source et Photo : www.lnh.fr