> Gudjonsson assume son rôle

Rédigé le 22/10/2014.

 

Sélestat a confié les clés de son jeu à un homme d’expérience, Snorri Gudjonsson. Ce demi-centre de grand talent n’a pas mis longtemps à s’imposer comme le patron du SAHB qu’il tentera de conduire vers une performance ce soir (20 h) face au champion de France, Dunkerque.

 

S’il est encore en retard au niveau de l’apprentissage du français par rapport aux autres recrues étrangères du SAHB, Snorri Gudjonsson a pris tout le monde de vitesse en matière d’efficacité offensive. Ses coéquipiers s’en félicitent tandis que ses adversaires ont bien du mal à stopper ce lutin islandais qui ne paye pourtant pas de mine. Mais il les pose - les mines - comme nul autre attaquant du championnat de France. 9 en moyenne s’engouffrent au fond des filets adverses. Ce qui fait de lui le joueur le plus efficace de la LNH.

 

« Jouer juste est plus important que de marquer des buts »

 

« Ce n’est vraiment pas le genre de choses auxquelles j’ai pensé avant la saison , souffle le numéro 10 du SAHB. On n’en est qu’à la sixième journée. On fera les comptes à la fin de la saison. Pour moi, ce n’est pas important d’être le numéro 1. Marquer beaucoup, c’est bon. Mais jouer bien et juste c’est encore plus important. Ce n’est pas le total qui importe. Prenez mon cas contre Chambéry. J’ai marqué 12 buts mais pas dans les dernières minutes. Je ne peux pas m’en satisfaire. Si j’avais été meilleur dans ces dix dernières minutes, nous n’aurions peut-être pas perdu. »

 

La dernière production à domicile lui est d’ailleurs restée sur l’estomac, comme à toute l’équipe. Ils s’en sont servi pour rebondir à Nîmes et renouer avec la victoire qui les fuyait depuis le succès contre Istres à la mi-septembre. Dans le Gard, Snorri et les Violets ont régné en maître des premières jusqu’aux dernières minutes (26-32). « Il était très important pour chaque joueur, mais aussi pour l’équipe et pour l’ensemble du club, de l’emporter. De renouer avec cette sensation de victoire. C’est le seul remède qui vous remet d’aplomb, surtout quand vous n’êtes pas bien , explique Gudjonsson. Nous venions de traverser des moments difficiles. Nous n’avions pas réussi le meilleur départ. Nous sommes passés par des hauts et des bas. Cesson a été décevant. On a été très mauvais. Contre Chambéry, nous aurions dû gagner car nous avions le match en main. La défaite a été dure à avaler, mais elle est entièrement de notre faute. »

 

Pour lire la suite de l'article L'Alsace, abonnez vous en cliquant ICI

 

Photo : Angélique Kieffer