> Ça finira par sourire…

Rédigé le 23/10/2014.

 

Comme souvent, Sélestat n’a pas été loin de faire chuter Dunkerque. Mais le champion de France a parfaitement su exploiter les erreurs des Violets pour éviter le piège (24-27). Frustrant…

 

Les saisons, parfois, se suivent et se ressemblent. C’est en tout cas valable pour les confrontations entre Sélestat et Dunkerque. « C’est une grosse cylindrée du championnat, mais le résultat montre qu’on l’a embêtée », soufflait ainsi Jean-Luc Le Gall après la rencontre.

 

« Nous allons revenir plus forts »

 

L’entraîneur violet avait tenu, presque au mot près, le même discours lors des deux dernières venues des Nordistes en Alsace. Les coéquipiers de Djordje Pesic, encore une fois, ont tenu la dragée haute au champion de France en titre, qui, s’il a presque toujours fait la course en tête (2-1 à la 4e puis 3-2 à la 5e en faveur des Sélestadiens), n’a pas souvent brillé.

 

Il a même sans doute tremblé, quand tous ses efforts pour décrocher enfin de coriaces Violets se révélaient vains. Mais Jordan François-Marie et les siens ont mal négocié (beaucoup) trop de ballons d’égalisation. Et, à force de ne pas recoller, ils se sont essoufflés…

 

On passera rapidement, pour rester courtois, sur l’arbitrage, pas loin d’être incompréhensible hier. Juste pour dire que le foot n’est pas le seul sport en France à souffrir du niveau des hommes en noir… Et ce n’est pas là, même si cela a compté, l’unique raison de la défaite sélestadienne.

 

« Nous devons encore gommer quelques imperfections pour prendre des points face aux meilleures équipes du championnat », soulignait avec raison Jean-Luc Le Gall.

 

Suite de l'article DNA

Photo : Hervé Cornu