> Sélestat a fini par craquer

Rédigé le 04/12/2014.

 

Il est facile de tirer des conclusions après coup mais ce HBC Nantes – Sélestat a été forcément marqué par le poids des absents.

Privée de Vujic, François-Marie, Ghita, Seri et Pesic, la formation de Jean-Luc Le Gall, qui n’a jamais gagné dans la cité des ducs, espérait tout de même faire un coup chez une équipe de haut de tableau, elle aussi devant faire sans quatre de ses joueurs majeurs (Entrerrios, Maqueda, Davyes, Gharbi). « J’étais venu pour faire quelque chose ici car notre situation au classement l’impose », soulignait le coach alsacien.

Le Gall : « On a fait preuve d’inconstance »

Un Snorri Gudjonsson omniprésent (9 buts au total) et ses coéquipiers n’étaient pas ridicules en première mi-temps, jouée sur un petit rythme. Ils soufflaient même le froid sur le palais des sports de Beaulieu en étant au coude à coude avec les Nantais (13-12), et en étant plus agressifs en défense, avec notamment Laslo Fulop, auteur de trois parades successives pour son entrée dans les buts. Mais, les choses se sont gâtées pour le SAHB, qui a fini par craquer dès le retour des vestiaires.

 

Dominés par l’impact et l’intensité nantaise, les Sélestadiens ont pris l’eau (20-14, 37e ). Et le HBCN, emmené par Claire, Rivera ainsi que par un gardien en état de grâce (Schulz, 19 arrêts), a pu dérouler pour finalement l’emporter 30-23. « Les blessés du moment, chez nous, n’arrangeaient pas notre situation mais ce n’est pas ce que je retiens de cette partie, souffle Jean-Luc Le Gall. Ce que je retiens, c’est que l’on a fait preuve d’inconstance dans notre jeu. C’est un peu notre syndrome… À la 36e , le match était plié. »

 

Pas de miracle du coup à Nantes, pour le collectif alsacien, dont la neuvième défaite le fait stagner en fond de cale du classement. Et dire que le Paris SG est son prochain adversaire…

 

Source DNA

 

Crédit photo : Air Pictures - Sylvain ARTU