> Le pari d’un Parisien

Rédigé le 12/12/2014.

 

Arrivé cette saison à Sélestat, Samuel Clémentia retrouve ce soir (20h30) une équipe du PSG où il a joué durant huit ans avant de devoir laisser sa place aux stars de la version «haut de gamme» du club parisien. Sous le maillot du SAHB, il tentera, avec ses coéquipiers, de créer l’exploit.

 

Le match nul concédé au buzzer, la saison dernière, doit encore traîner dans la tête de nombreux joueurs parisiens. Dix mois après le coup d’éclat des Alsaciens, les stars de la capitale seront encore plus difficiles à surprendre tout à l’heure. Ce résultat avait fait parler de lui dans le petit monde du hand. Samuel Clémentia, qui ne se doutait pas encore qu’il serait Sélestadien quelques mois plus tard, avait d’ailleurs été drôlement surpris. « Ce match nul m’avait effectivement surpris , avoue l’ailier droit du SAHB. Ça montre aussi que Sélestat a des ressources, que l’équipe est capable de faire quelque chose contre des gros calibres. L’année dernière, les joueurs se connaissaient parfaitement. Cette année, le contexte est différent car il y a beaucoup de nouveaux. Il faut un peu plus de temps pour que la mayonnaise prenne. Mais je ne m’inquiète pas plus que ça. Cette équipe vaut bien mieux que son classement. On a beaucoup de joueurs de caractère. Il y a une bonne osmose. Tout le monde s’entend bien. Il faut juste trouver le petit truc pour voir plus haut. Ça va venir... »

 

Le problème, c’est que le temps presse. Ce soir, dans un Rhenus qui va afficher complet, le championnat arrive déjà à mi-parcours. Et le bilan du SAHB n’est pas celui espéré. Les points gâchés à domicile où le SAHB n’a plus remporté un match depuis la reprise en septembre - soit cinq défaites d’affilée - manquent au décompte. Ce soir, il faudrait un véritable miracle pour que la situation s’améliore, au lendemain d’une journée aux résultats défavorables aux Violets et face à l’ogre du championnat qui vient d’exploser le leader Montpellier.

 

Pour lire la suite de l'article L'Alsace, abonnez vous en cliquant ICI

 

Photo Angélique Kieffer