> Toujours en vie !

Rédigé le 02/04/2015.

 

Sélestat s’est enfin imposé à domicile. Et ce n’est pas un poisson d’avril ! Les Violets ont dominé Tremblay hier, d’un souffle (32-31). Cette victoire fait du bien. Elle préserve l’espoir de maintien, mais il en faudra encore d’autres.

 

Enfin ! Cela faisait une éternité – six mois – que Sélestat n’avait plus gagné à domicile. Mais il s’en est fallu d’un rien, d’un tir de Ternel au-dessus à une poignée de secondes de la fin, alors que tout le CSI retenait son souffle. L’explosion de joie, des Violets comme de leur public, a été à la hauteur de l’attente : immense.

 

« C’est un grand soulagement »

 

Et si les joueurs de Christian Gaudin se sont fait des frayeurs dans les dernières minutes, Frédéric Beauregard, auteur du but de la victoire à quinze secondes du coup de sifflet final, ne voulait retenir que le positif : « Cette victoire nous libère d’un poids. On voulait l’offrir à nos supporters ».

 

A la 47e , l’affaire semblait, si ce n’est pliée, bien engagée. Les Alsaciens menaient de cinq buts (28-23). Mais Fleurival, le patron de la défense, durement touché au genou, avait été contraint de quitter ses coéquipiers quelques instants plus tôt. Seri, sur contre-attaque, échouait face à Rezar (48e ). Et au lieu de compter six buts d’avance, Sélestat n’en avait plus qu’un à la 51e (28-27), après l’accélération tremblaysienne.

 

L’inquiétude n’allait cependant jamais faire place à la panique, même quand Gudjonsson ratait un penalty (30-29, 57e ), même quand Salou égalisait à cinquante secondes du terme (31-31). Car Beauregard prenait ses responsabilités pour offrir aux Violets leur premier succès en 2015, le deuxième seulement au CSI cette saison.

 

Suite de l'article DNA

 

Photo : G CANTARUTTI