> La victoire de l’espoir

Rédigé le 02/04/2015.

 

Sélestat devait l’emporter pour continuer d’entretenir la flamme du mince espoir de maintien qui lui reste. Le SAHB y est arrivé hier soir au terme d’un suspense haletant et un succès d’un rien face à Tremblay (32-31).

 

Ils l’attendaient depuis des lustres cette première victoire à domicile. Et autant dire que l’accouchement a été difficile, hier face à Tremblay. Ce qui donne au résultat final encore plus de saveur (32-31). En témoignent les scènes de liesse qui ont suivi la sonnerie du buzzer qui ont ressemblé à une véritable délivrance. Autant pour les joueurs que pour les spectateurs dont le cœur violet a été mis à rude épreuve dans un money time digne des meilleurs films de suspense.

 

Alors que les Sélestadiens s’étaient mis sur la voie d’un succès construit à coup de montées offensives payantes et bâti sur un écart de plus en plus important au fil des minutes (+6 à l’entrée du dernier quart d’heure), ils ont failli perdre tout le bénéfice de leurs efforts au cours d’une fin du match proche du scénario catastrophe. Mais heureusement pour eux, les hommes de Christian Gaudin sont parvenus à avoir le dernier mot. Comme de coutume face à Tremblay, serait-on tenté d’écrire, puisque les Tremblaysiens n’ont plus gagné face aux Bas-Rhinois depuis 2011 soit sept matches de championnat.

 

D’ailleurs, à l’exception des deux premières minutes (0-2), les Sélestadiens ont tout le temps été devant au score. Grâce à un premier coup d’accélérateur où le meilleur buteur de la soirée, Jordan François-Marie, avait déjà joué son rôle, le SAHB a pu prendre la tête : 5-2 (9e ). Une défense compacte, un jeu sans déchet mais chatoyant ont permis à Sélestat de se donner des ailes. Ou un petit matelas pour les temps plus faibles qui ont permis aux banlieusards parisiens de recoller au score (7-7, 17e ) sans jamais réussir à passer devant.

 

La rentrée de Gudjonsson en milieu de première mi-temps est gagnante. L’international islandais dynamise son équipe en inscrivant deux buts dans la même minute pour lui redonner de l’air (9-7, 18e ) avant de placer des mines qui offrent à nouveau trois longueurs d’avance aux Alsaciens (13-10, 24e ).

 

Beauregard délivre sa troupe

 

Cet écart à la mi-temps va continuer d’enfler dès la reprise. Toujours par l’intermédiaire du bras gauche de François-Marie qui finira sur un excellent 8 sur 9 aux tirs, mais, plus surprenant car plus inhabituel depuis le début de la saison, par la grâce de Samuel Clémentia. Véritable funambule sur son aile droite, l’ancien Parisien a réussi une prestation exceptionnelle en mystifiant tour à tour et à six reprises pour un sans-faute les deux gardiens visiteurs en moins d’un quart d’heure. Avec des buts plus spectaculaires les uns que les autres. Il était sur un nuage. Et son équipe aussi (27-22, 47e ).

 

Mais les montées de balle ultra-rapides de Tremblay que Darras et Drouhin envoyaient au fond des filets sélestadiens allaient vite les faire redescendre sur terre. Trois pertes de balle en deux minutes plaçaient Sélestat dos au mur (28-27, 50e ). Privés de Fleurival, sérieusement touché au genou, les Sélestadiens lâchaient de plus en plus de lest (30-29, 56e ) au point d’être rattrapés à l’entrée de la dernière minute : 31-31. Les dernières secondes étaient palpitantes. Beauregard, le capitaine du SAHB, replaçait son équipe en tête à 16 secondes de la fin. Le dernier tir de Ternel filait au-dessus de la cage à la plus grande joie du CSI qui n’avait plus vibré ainsi depuis le succès en septembre 2014.

 

Article L'Alsace : CW

Photo : G Cantarutti