> Pas de miracle

Rédigé le 09/04/2015.

 

La logique a été respectée hier soir entre le PSG et Sélestat. Malgré de belles intentions durant soixante minutes, les Alsaciens ont dû baisser pavillon face à Hansen et ses partenaires.

 

« À l’impossible nul n’est tenu » dit le dicton. Sur cette simple phrase, le Sélestat Handball pouvait croire au miracle.

 

Celui de battre une équipe de Paris victorieuse de ses neuf derniers matches de championnat. Une formation qui a notamment fait tomber par des scores aux allures de fessées Nantes (33-21) ou encore Montpellier (36-20).

 

Après les deux points récoltés contre Tremblay la semaine dernière, le groupe de Christian Gaudin avait à cœur de confirmer. Se donnant ainsi le droit de croire encore à son sauvetage dans l’élite.

 

« On se réveille trop tard pour espérer quelque chose »

 

Hélas, l’exploit n’a pas eu lieu et les Alsaciens se sont inclinés, comme tous les autres avant eux. Il faut dire que Paris, encore en course pour le titre de champion de France, n’a pas pris cette rencontre à la légère.

 

Même si la titularisation de Patrice Annonay en lieu et place de Thierry Omeyer ou les présences de Daniel Narcisse et Xavier Barachet sur le banc au coup d’envoi pouvaient jeter le trouble sur les motivations parisiennes. Il n’en fut rien.

 

Très vite, le PSG met la main sur la rencontre. Entre une défense haute en 5-1 ou 4-2 et des attaques aussi violentes que rapides, le club de la capitale passe vite devant (5-2, 5e ).

 

Absent depuis les fêtes de Noël et de retour depuis peu, Luc Abalo se montre intraitable à chaque ballon ou presque. Sa forme du soir (6/7 aux tirs) n’est pas étrangère à la large avance parisienne au cœur du premier acte (11-4, 15e ).

 

Suite de l'article DNA

 

Photo A Kieffer