> La dernière chance à saisir

Rédigé le 13/05/2015.

 

Quasiment condamnés à la descente en D2, les Sélestadiens peuvent rester en vie et retarder l’échéance en l’emportant ce soir à Toulouse, l’unique équipe qu’ils peuvent encore espérer laisser derrière eux. À condition de s’imposer et de miser sur des circonstances favorables.

 

Cette fois, il n’est plus question de tourner autour du pot. Au lendemain de leur défaite contre Nîmes, l’équation est simple pour les Sélestadiens. Tout autre résultat qu’une victoire (si possible avec un écart de cinq buts pour posséder le goal-average particulier après la défaite de 4 à l’aller) les condamnerait à la descente en D2.

 

Si un succès n’améliorerait pas vraiment leur situation, il permettrait juste d’entretenir le faible espoir qui subsiste encore puisque les Alsaciens reviendraient à quatre longueurs de leur adversaire à trois journées de la fin de la compétition. Ils resteraient en vie tout en étant sous la menace des résultats de Toulouse car leur destin ne leur appartient plus depuis leur sortie ratée contre Nîmes, la semaine dernière. « Nous sommes passés à côté de ce rendez-vous qui était primordial pour l’avenir du club, pour les supporteurs et pour l’équipe , regrette le coach Christian Gaudin. Il fallait gagner ce match pour continuer d’espérer. Nous avons grillé notre dernier joker. Maintenant les choses sont claires. On ne peut plus perdre un match désormais. Ça devient forcément de plus en plus compliqué. Mais on va s’attacher à entretenir l’espoir. »

 

« Profiter des derniers instants en LNH »

 

Ce qu’ils n’ont pas pu faire à domicile contre une autre équipe de la fin du classement, les Violets devront le réussir loin de chez eux, dans un terrible quitte ou double chez un redoutable adversaire qui visait autre chose que le maintien en début de saison. Les coéquipiers d’Olivier Jung devront se retrousser les manches pour obtenir un résultat favorable même si leurs dernières sorties ne plaident pas en leur faveur. « Il nous faut tourner la page pour chasser de nos pensées cette sortie catastrophique qui nous hante toujours , estime le pivot qui, malgré une grosse douleur aux adducteurs, devrait tenir sa place ce soir. Mentalement le dernier match contre Nîmes nous a fait mal. Tout le monde a pris un coup sur la tête. Il y a moins de sourires aux entraînements. Mais il faut avancer. Il faut surtout montrer un autre visage que celui de la semaine dernière. Profiter des derniers instants en LNH. »

 

« Du sang neuf »

 

Olivier Jung qui a déjà vécu une relégation, il y a 6 ans, n’est pas dupe. Même s’il est de ceux qui ne renoncent jamais, il mesure la difficulté de la tâche qui attend son équipe dont le sort dépend désormais des résultats des autres. « Essayons déjà de gagner ce match. Toulouse est une bonne équipe mais ce n’est pas non plus le PSG. On est capable du pire comme du meilleur. Dans un bon soir, on peut s’imposer même à Toulouse. »

Pour inverser la tendance, Christian Gaudin, qui a désormais l’embarras du choix, a procédé à quelques modifications dans la composition de l’équipe qui semble déjà dessiner les contours de celle de la prochaine saison. Quelques jours après avoir signé leur premier contrat pro avec le SAHB, Yanis Lenne et Julien Meyer, font partie du voyage.

 

« C’est une manière d’injecter un peu de sang neuf dans l’équipe, d’autant que ces deux garçons vont porter les couleurs violettes de Sélestat , souligne le coach. J’ai retardé l’échéance car ce n’est pas facile de rentrer dans une équipe en mauvaise posture, mais leur temps est venu. »

 

Un autre joueur retrouve sa place dans l’équipe : Kevin Beretta. Absent depuis près de deux mois, l’ailier gauche permettra à Olivier Jung de glisser au pivot où il prendra la place de Djordje Pesic laissé à la maison, tout comme Laszlo Fulop et Jordan François-Marie.

 

Article L'Alsace - CW

 

Photo A. Kieffer

 

Toulouse - Sélestat ce soir à 20h au Palais des Sports André Brouat. Arbitres : MM. Buy et Duclos. 23e journée de la LNH. Toulouse : 12. Pardin et 16. Dumoulin dans les buts. 6. Perez, 9. Goergievski, 10. Gilbert, 15. Andjelkovic, 19. Ilic, 20. Morency, 22. Zvizej, 23. Minne, 25. Calvel ( cap. ), 28. Porte, 47. Bonilauri, 88. Osmajic. Entraîneur : Antonio Garcia Guerrero. Sélestat : 1. Kappelin et 12. Meyer dans les buts. 2. Lenne, 3. Jung, 4. Seri, 7. Beretta, 9. Beauregard ( cap. ), 10. Gudjonsson, 13. Ghita, 17. Vujic, 21. Joli, 22. Fleurival, 23. Vujovic, 27. Clémentia. Entraîneur : Christian Gaudin.