> Le bilan de Sélestat au tournoi de Bâle

Rédigé le 10/08/2015.

 

« Positif dans l’ensemble »

 

Une victoire, deux défaites et un nul : c’est le bilan sélestadien au tournoi de Bâle ce week-end. Les Violets ont encore, et c’est logique, du travail pour être prêts le 4 septembre et la reprise du championnat de ProD2.

 

Pour leur retour sur les terrains, le programme des Violets était chargé (quatre matches en deux jours). « Physiquement, c’était dur. J’ai des courbatures de partout ! », lance ainsi Frédéric Beauregard.

 

Face à des adversaires dont le championnat reprend plus tôt et qui sont donc logiquement en avance dans leur préparation, Sélestat a profité de ces premières confrontations pour travailler, tout simplement.

 

« Nous sommes encore loin de notre meilleur niveau, estime le capitaine sélestadien. Nous allons progresser. J’espère le plus vite possible. » Samedi, les joueurs de Christian Gaudin ont perdu contre Saint-Gall, finaliste du championnat de D1 suisse la saison passée (23-18). Avant de prendre le meilleur sur le promu bâlois (23-22).

 

Hier matin, Sélestat a coulé contre Lucerne (D1 suisse), 26-16. « On n’y était pas du tout. Nous avons commis trop d’erreurs. Ça peut arriver une fois, pas deux », prévient Frédéric Beauregard. Dans l’après-midi, c’est un match nul contre Friesenheim (Bundesliga 2) qui a clôturé le week-end violet (21-21). « On menait de deux buts à deux minutes de la fin. » Une infériorité numérique a privé Jung et consorts du succès.

 

Contre Balingen mercredi

 

« Dans l’ensemble, le bilan est positif », souffle le capitaine violet. Parce qu’en période de préparation, le contenu importe autant que le résultat.

 

« Ces matches nous ont permis de faire quelques réglages, d’essayer de trouver des relations en attaque. Il y a eu aussi quelques bonnes séquences sur le plan défensif. »

 

Sélestat démarre donc doucement sa campagne de matches amicaux. Mais son “Bobo” espère y voir un signe positif. « La saison passée, on avait réalisé un super début de préparation. » On sait ce qu’il est advenu ensuite.

 

Au rayon des premières satisfactions, on peut noter les huit buts du nouvel arrière droit Kosta Savic contre Lucerne. Ou la belle entrée de Thibaud Valentin, le jeune demi-centre de la réserve, face à Friesenheim.

 

Mercredi, l’opposition va encore monter d’un cran puisque les Violets affronteront Balingen, 12e de Bundesliga la saison passée et emmené par le Français Olivier Nyokas.

 

Assurément un bon test pour continuer à avancer.

 

Article et Photo DNA

 

-----------------------------------------------------------------

 

Le SAHB a poursuivi sa préparation, hier lors du tournoi de Bâle, et repart de Suisse avec de précieux enseignements.

 

Après deux premières sorties face aux Suisses de Bâle et de Saint-Gall avant-hier, les joueurs du Sélestat Alsace Handball en ont effectué deux autres, hier. Samedi, ils étaient montés en régime entre leur première et leur deuxième rencontre et espéraient donc faire encore mieux lors des rencontres suivantes.

 

Mais les choses ne se sont pas tout à fait passées comme prévu contre Lucerne. « On a eu un peu de mal à l’allumage , détaille l’entraîneur sélestadien, Christian Gaudin. Le fait de jouer le matin, à 9 h 30, nous a posé problème. » Les Alsaciens, sans doute émoussés par leurs matches de la veille et par leurs premières semaines de préparation, se sont inclinés contre les Suisses (25-20).

 

L’essentiel était cependant ailleurs. Comme il l’avait fait lors de la première journée, le SAHB a affiché un autre visage hier après-midi, face aux Allemands de Friesenheim (21-21). De quoi réjouir Christian Gaudin : « J’ai été assez heureux de ce deuxième match. Il y a eu une progression au fil du tournoi et c’est ce que je vais retenir. En plus, nous avons effectué pas mal de rotations, c’est positif. »

 

Plutôt que d’être orienté sur un compartiment du jeu en particulier, le tournoi de Bâle a été l’occasion pour le groupe sélestadien de travailler les automatismes. « Nous avons mis l’accent sur un peu tous les secteurs. C’était notre première expérience ensemble en compétition. Il faut développer les relations, aussi bien défensivement qu’offensivement, et pour cela, il faut de la répétition. Ça va commencer à devenir de plus en plus précis. »

 

Mercredi, le capitaine Beauregard et ses partenaires se rendront à Balingen pour y défier le pensionnaire de D1 allemande. Ils pourront se servir des premiers enseignements tirés de ce week-end : « Il y a eu de la fatigue, mais ça peut justement être intéressant d’apprendre à gérer ces moments-là » , note le coach. « Il y a encore du chantier, mais les bases sont bonnes et il nous reste un mois avant le début du championnat. »

 

Article L'Alsace