> L’envol de Greg

Rédigé le 15/11/2015.

 

Sélestat a dominé Limoges, certes sans briller, et a aussi retrouvé un Grégory Martin incisif en attaque. Le bilan de cette 10e journée est parfait pour les Violets.

 

On ne l’avait pas vu à pareille fête cette saison. Vendredi soir, Greg Martin a montré, si besoin était, que son bras droit pouvait être dévastateur.

 

On l’a vu percutant, puissant, n’hésitant pas à prendre sa chance de loin. Et ses six buts – sur douze tirs – ont tous été importants : les trois premiers pour creuser l’écart (3-2 à la 7e puis 6-3 à la 11e après son triplé), un quatrième pour donner deux longueurs d’avance juste avant la pause (13-11), deux autres pour redonner de l’air à son équipe quand Limoges voulait encore espérer (20-16 à la 45e puis 25-20 à la 54e ).

 

À 30 ans et plusieurs saisons de D1 et de D2 derrière lui, Greg Martin a suffisamment d’expérience pour ne pas sauter au plafond après un match réussi. Cela n’empêche pas d’éprouver une légitime satisfaction.

 

« Je suis très content », souffle-t-il. Surtout que cette prestation fait suite à trois matches où il était resté muet offensivement.

 

Pour des raisons tactiques ou parce qu’il était diminué physiquement, l’arrière gauche avait été peu utilisé en attaque depuis le début de la saison.

 

« Je prends la place que l’on me donne dans l’équipe »

 

C’est en défense qu’il aidait Sélestat à gagner. « Quand tu apportes à l’équipe et qu’elle gagne, ça fait forcément du bien, ajoute-t-il. Si tous les matches se passent comme ça, ça me va (sourire). »

 

Suite de l'article DNA

Photo DNA - FD