> Sélestat II n’y était pas

Rédigé le 23/11/2015.

 

Privé de plusieurs joueurs, le SAHB II a toujours couru après le score et a subi une défaite aussi logique que regrettable, samedi dans son CSI, face à la réserve d’Ivry (27-32).

 

Ce duel des réserves a souri à l’US Ivry qui occupe désormais la place de dauphin du championnat (27-32). Si les deux équipes déploraient de nombreuses absences, le SAHB a dû composer sans E. Kempf, Cavalière, Maucieri et avec un Kriszt, présent, mais blessé. Ivry, venu en Alsace sans certains cadres, s’est montré bien moins maladroit et est parvenu à s’imposer.

 

Ce résultat est regrettable pour la jeune garde sélestadienne qui pouvait prétendre à mieux. Surtout que le SAHB a bénéficié de nombreuses supériorités numériques, mais sans jamais en tirer réellement profit. Seuls les penaltys de Wagentrutz débloquent le compteur en début de rencontre : 1-3 puis 7-7. T. Kempf et Fritsch semblent mettre les hommes de Demangeon sur les bons rails, mais Prandi puis Castro redonnent à Ivry les commandes du match : 8-11 puis 11-14. Sélestat perd ses nerfs et malgré les sanctions qui pleuvent sur les banlieusards, Corcher trompe Kieffer juste avant la pause : 13-17.

 

Suite de l'article L'Alsace

Photo L'Alsace

 

---------------------------------------------------

 

Un match à oublier

La réserve de Sélestat, contre son homologue ivryenne, est passée à côté de son match et s’est logiquement inclinée.

 

« On ne mérite pas de gagner. » Voilà qui a le mérite d’être clair. « C’était notre plus mauvais match de la saison », ajoute Thierry Demangeon, l’entraîneur de la réserve sélestadienne.

 

L’entame, laborieuse, avait déjà donné le ton de cette soirée maussade. Les (très) jeunes Violets étaient vite menés (3-5, 9e ). Une embellie, la seule, les voyait prendre les devants. Ce sera la seule fois dans cette rencontre.

 

Nyembo égalise (5-5, 12e ), N. Gaudin l’imite dans la foulée, puis T. Kempf place les siens en tête (8-7, 16e ). Mais ce sursaut ne va pas durer.

 

Ivry II profite des maladresses de son hôte pour creuser un nouvel écart, plus important cette fois (8-12, 23e ) et qu’il conserve à la pause (13-17).

 

Sélestat II va se rapprocher à la faveur d’un 4-1 initié par Wagentrutz et conclu par T. Kempf (17-18, 38e ). « Mais on n’a jamais senti que l’on pouvait passer devant. »

 

Suite de l'article DNA