> Ça repart fort

Rédigé le 15/02/2016.

 

Pas besoin d’être spécialiste pour savoir comment Sélestat a forgé son quatrième succès à l’extérieur. « Nous avons gagné ce match en défense », souligne Thibaud Valentin.

 

Les chiffres sont là pour le confirmer, la défense violette est la plus solide du championnat. Cette vérité s’est encore vérifiée dans l’Essonne.

 

Avec seulement 18 buts encaissés (et autant d’arrêts pour le gardien alsacien Julien Meyer), les coéquipiers de Florent Joli n’ont laissé que des miettes aux Massicois.

 

« Surtout, nous sommes bien entrés dans le match », indique le jeune demi-centre (19 ans). Cela n’avait pas été le cas une semaine plus tôt à Montpellier en Coupe de France. « C’était l’erreur à ne pas reproduire. Il fallait se rassurer sur ce plan-là. » Après un quart d’heure, Sélestat était déjà loin devant (2-8). En tête d’un bout à l’autre de la rencontre, les Alsaciens ont décroché leur première victoire en 2016.

 

« On avait perdu nos trois matches amicaux (contre Nancy, Besançon et Dijon, ndlr) , mais, malgré les défaites, il y avait eu beaucoup de bonnes choses. Surtout, on avait testé de nouvelles choses. Et on n’était pas en perte de confiance », confie Thibaud Valentin.

 

Une défense solide

 

Le demi-centre a, comme depuis le début du championnat, pris une part active dans le succès de son équipe, puisqu’il a, avec cinq réalisations, inscrit un quart des buts violets.

 

Suite de l'article DNA

Photo F WURRY