> Le mutisme violet

Rédigé le 20/02/2016.

 

Indigent offensivement, Sélestat a concédé une défaite logique, hier contre Saran, promu toujours plus surprenant. C’est la deuxième fois cette saison que les Violets cèdent à domicile. C’est déjà beaucoup.

 

Que dire… Peut-être que Sélestat ne méritait pas de gagner. C’est une évidence. Saran, promu en D2 cette saison, s’est offert hier l’autre relégué de D1, une semaine après avoir giflé Istres (35-23).

 

Mais on ne peut plus parler de surprise. Saran grimpe à la 2e place, et cela ne peut plus être un hasard, quand Sélestat recule au 6e rang, à égalité de points avec le 5e , Nancy.

 

« Je le répète inlassablement, l’équipe est jeune »

 

« Je suis déçu, on n’est pas rentré dans le match comme je l’aurais souhaité, lâche Christian Gaudin, l’entraîneur sélestadien. Comme je le répète inlassablement, l’équipe est jeune, apprend. Ça fait partie de l’apprentissage. »

 

Certes. Mais cette jeunesse, comme la solidité défensive violette, sont un peu l’arbre qui cache la forêt. Car l’attaque sélestadienne patine sérieusement, tarde à afficher des progrès concrets. Il y a une semaine à Massy, vingt buts avaient suffi pour lancer victorieusement la deuxième partie de saison.

 

Mais les coéquipiers de Julien Meyer (encore 18 arrêts hier) ne pourront pas gagner beaucoup de matches en peinant autant à dépasser cette barre des vingt buts. Cette réalité est venue les frapper de plein fouet hier.

 

Après une entame sérieuse (4-2 à la 8e puis 9-7 à la 16e ), les “Violets” ont sombré dans le mutisme, n’inscrivant que trois petits buts lors des… trente minutes suivantes. On veut bien reconnaître la qualité de Saran, mais c’est un peu court pour expliquer une telle déficience.

 

Forcément, le promu du Loiret en avait profité pour se faire la belle (10-13 à la pause) et prendre une avance conséquente (12-18 à la 43e ). Lors du match aller, les Sélestadiens avaient su finir fort pour s’imposer sur le fil (30-31). Le scénario allait-il se répéter ?

 

Suite de l'article DNA

Photo DNA – Jean-Paul Kaiser