> Un derby, un vrai !

Rédigé le 27/02/2016.

 

Dans un derby renversant, Sélestat a pris une revanche sur son rival haut-rhinois, sur le même score qu’à l’aller (26-25). Les Violets se rassurent, quand Mulhouse, éjecté du Top 5, grimace.

 

Le moment était idéal pour se faire pardonner. Après avoir fauté contre Saran, les Violets voulaient reconquérir le cœur de leurs supporters, passablement agacés par leur précédente piètre prestation.

 

Florent Joli : « C’est une bonne victoire, mais il reste encore pas mal de matches »

 

Les joueurs de Christian Gaudin ont été exacts au rendez-vous. Et à défaut de toujours briller (que de difficultés sur attaque placée…), ils ont fait preuve de qualités qu’ils n’avaient pas suffisamment montrées face au promu du Loiret. Mais qui sont indispensables pour s’imposer dans un derby !

 

« On gagne sans forcément beaucoup mieux jouer, analyse Florent Joli, l’ailier droit sélestadien. Mais la salle était pleine et on avait à cœur d’offrir cette victoire à notre public. On n’avait pas été bons contre Saran, on le sait, mais on s’est bien remobilisé. »

 

Il a fallu faire preuve de ténacité et d’abnégation pour empêcher Mulhouse, pourtant en manque de confiance, de réaliser un gros coup dans le département voisin.

 

On a pu croire, pourtant, que le (mauvais) scénario de Saran allait se répéter. Parce qu’après un premier quart d’heure parfaitement équilibré (5-5, 14e ), Sélestat allait une nouvelle fois faire le coup de la panne (offensive). Deux petits buts inscrits en seulement onze minutes permettaient aux coéquipiers d’un Becirovic inspiré de creuser le premier écart de derby, huitième du nom entre Sélestat et le MHSA.

 

Les joueurs de Brahim Ighirri prenaient alors trois longueurs d’avance (6-9, 21e ), et il n’y avait rien à y redire. La bonne entrée de Sargenton allait faire du bien. En neuf minutes, le gardien sélestadien n’encaissait que quatre buts et surtout détournait six tirs mulhousiens. Mais ça n’empêchait pas Waeghe et consorts de maintenir l’écart à la pause (10-13).

 

Suite de l'article DNA

Photo A. KIEFFER