> Sélestat a laissé les clés à Lenne

Rédigé le 21/03/2016.

 

Replacé temporairement au poste de demi-centre durant l’absence de Thibaud Valentin, Yanis Lenne, malgré son inexpérience dans ce domaine, commence à prendre la mesure de ce rôle clé dans la gestion d’une équipe de Sélestat qui continue d’avancer malgré ses problèmes d’effectif.

Il n’a pas eu beaucoup de temps, ni le choix d’ailleurs, pour endosser le rôle. Yanis Lenne n’a pourtant pas rechigné à la tâche. Au lendemain de la blessure de Thibaud Valentin qui s’était rendu indispensable à ce poste, le jeune international a dû émigrer de son aile droite vers une place plus centrale où le gaucher doit diriger la manœuvre.

 

Si le costume avait paru un peu trop grand quand il a hérité des clés du jeu sélestadien, Yanis Lenne s’y est parfaitement adapté depuis ce coup d’essai. « Je me sens de mieux en mieux à ce poste de semaine en semaine, voire de jour en jou r, confirme l’intéressé. À l’intersaison, Christian Gaudin avait déjà évoqué cette perspective. La blessure de Thibaud (N.D.L.R. : Valentin) a accéléré le processus. »

 

« Ça permet de grandir plus vite »

 

Devenir, du jour au lendemain, la plaque tournante de l’équipe n’a pas été chose aisée. Cela nécessite de s’ajuster à de nouveaux repères, de changer sa façon de jouer, d’avoir une approche totalement différente de son rôle, techniquement et psychologiquement. Même s’il n’y était pas habitué, Yanis a su saisir l’opportunité comme un vieux briscard, alors qu’il ne soufflera ses 20 ans qu’en juin prochain. « C’est un poste où on te confie énormément de responsabilités. Il n’y a pas beaucoup de joueurs de moins de 20 ans qui en ont autant. Jouer les money time dans des matches serrés te fait grandir beaucoup plus vite que si tu joues deux fois 10 minutes à l’aile dans un club de D1 » , estime ce garçon qui est passé par toutes les équipes du club depuis l’école de hand.

 

« On commence à trouver un fonds de commerce en attaque »

 

Le champion du monde U 19 sous le maillot bleu devrait tirer un précieux bénéfice personnel de cette expérience. Son équipe également puisqu’elle a négocié parfaitement deux virages très importants à l’approche de la fin de la saison par des victoires sur Billère, puis vendredi soir à Dijon. Au point qu’on en oublierait presque que quatre joueurs (Fleurival, Martin, Valentin et Vujic) sont toujours sur la touche.

 

Suite de l'article L'ALSACE

 

Photo A KIEFFER