> « L’élite, c’est notre motivation »

Rédigé le 03/04/2016.

 

Si le duel des deuxièmes de Pro D2, ce soir (20 h) à Istres, tournait en faveur de Sélestat, le relégué conforterait ses chances de finir dans le top 5 et pourrait continuer à viser la montée en D1, l’objectif du président du club bas-rhinois, Vincent Momper.

Le choc des deux poursuivants de Saran, Istres - Sélestat - permettra à son vainqueur de garder le contact avec le leader de la Pro D2. Voire de se hisser à sa hauteur en cas de défaite de celui-ci face à Billère. Les points deviennent de plus en plus chers à l’approche du baisser de rideau. Le président du SAHB, Vincent Momper, mesure l’importance de ces rendez-vous que son club aimerait négocier au mieux pour se positionner dans la course à la montée.

 

Vincent Momper, cette soirée à Istres est-elle un tournant, à six journées de la fin du championnat ?

 

Ce sera un match charnière. Comme presque chaque match cette saison. Une victoire à Istres nous rapprocherait de l’objectif de figurer parmi les cinq premiers. Le meilleur moyen de finir dans ce top 5, c’est de viser la 1re place. Elle reste envisageable. Pour cela, une victoire s’impose. Sinon l’affaire se compliquerait.

 

« On vit une belle saison »

 

Plus globalement, cette saison vous satisfait-elle ?

 

Tant qu’elle n’est pas terminée, je ne vais pas en tirer un bilan. Une chose est sûre, elle est exaltante. Après celle, si compliquée, qu’on a vécue l’an passé, cette saison se passe beaucoup mieux. Pour nous les dirigeants, le public, les partenaires, les bénévoles et tout l’environnement du club. Cette fraîcheur, cette jeunesse, c’est vivifiant.

 

Les joueurs vantent régulièrement l’harmonie qui règne dans le groupe.

 

L’ambiance du groupe est très saine et rejaillit sur l’ambiance générale. On vit une belle saison. On est encore dans les clous pour terminer à la 1re place. Il y a une bonne émulation. L’objectif était de remonter en deux ans. Mais si on peut le faire au bout de la première, on ne s’en privera pas. D’autant que les deux clubs de LNH qui devraient descendre (Ndlr : Chartres et Tremblay), c’est du lourd. Avec des budgets probablement aux alentours des 3 millions. Du jamais vu en Pro D2.

 

Suite de l'article L'ALSACE

Photo L'ALSACE