> Pro D2 (play-offs, demi-finale aller) : Massy – Sélestat, demain (20h30)

Rédigé le 17/05/2016.

 

Massy et ses surprises

 

Pour la troisième fois en quatre ans, Massy s’est invité en play-offs. Le club de l’Essonne ne partira pas favori contre Sélestat en demi-finale, mais compte bien créer la surprise face aux Violets.

Massy est en play-offs. Et c’est déjà une performance en soi. Parce que le club francilien a le plus petit budget du championnat, mais aussi et surtout parce qu’il occupait une préoccupante 11e place à la trêve.

 

Vladimir Perisic et ses coéquipiers seraient-ils des miraculés ? « Non, s’exclame Benjamin Braux, le jeune entraîneur massicois (33 ans). Les miraculés sont ceux qui ont de la chance. Nous, nous avons bossé comme des fous pour réussir cet exploit. »

 

Après la 14e journée, la première du cycle retour, et la défaite à domicile contre… Sélestat (18-20), Massy s’est véritablement métamorphosé (neuf victoires et un nul lors des douze derniers matches). « Avec les joueurs, on s’est parlé franchement. Et c’est un groupe de potes qui n’a jamais lâché. »

 

Et voilà comment les Franciliens ont décroché la 5e place lors d’une dernière journée qui a pu faire parler, après un match nul entre Massy et Saran faisant les affaires des deux équipes (aucun but lors des quatre dernières minutes), le premier assurant sa place en play-offs, le second conservant sa première place pour monter directement en D1.

 

Benjamin Braux met fin à tout début de polémique. « J’invite tout le monde à regarder le match dans son intégralité, on a joué à fond. À la fin, j’étais content d’être en play-offs, mais aussi fâché, car j’aurais préféré affronter Saran en demi-finale (ce qui aurait été le cas en cas de victoire, ndlr). »

 

« Quand on est inférieur à son adversaire, il faut être malin »

 

Le coach francilien veut aussi rappeler quelques évidences. « Saran mérite sa montée, nous méritons notre place en play-offs. On n’a rien à se reprocher. » Pour lui, Sélestat devait faire le boulot avant. « C’est la meilleure équipe du championnat, je ne comprends pas qu’elle n’ait pas terminé à la première place. »

 

Suite de l'article DNA

 

Photo A. KIEFFER