> Sélestat limite les dégâts

Rédigé le 19/05/2016.

Malgré des vents contraires et une défaite de cinq buts (23-18), la formation sélestadienne s’est accrochée hier soir à Massy, à l’énergie, pour garder quelques lueurs d’espoirs en perspective du match retour, dimanche (17 h), au CSI.

Face à un adversaire qui a claqué la meilleure phase retour de l’exercice 2015-2016 de Pro D2, le Sélestat AHB, bien que fort de huit succès lors des neuf dernières rencontres, s’attendait à une première manche électrique et semée d’embûches hier soir à Massy. Et le SAHB y a concédé la défaite (23-18).

 

Mais sans doute qu’il ne s’attendant pas à autant de circonstances défavorables au cours d’une première période qui a vu les Alsaciens perdre sur blessure Jérémy Sargenton au bout de 12 minutes et Yoan Eudaric six minutes plus tard après un accrochage avec Laplace. Et puis, comme l’attaque se montrait d’une impuissance chronique, Sélestat accusait le coup. Comptant jusqu’à 7 buts de retard à 12 minutes de la fin (19-12, 47e ), le SAHB s’est néanmoins accroché.

 

La tuile Sargenton

 

Et pourtant, tout semblait commencer sous les meilleurs auspices, quand Sargenton faisait oublier brillamment l’absence de Julien Meyer par cinq parades consécutives. Mais emprunté sur son jeu placé, Sélestat ne trouvait pas la parade (3-2, 11e ). Auteur de 10 arrêts en 12 minutes, Sargenton réalisait un démarrage parfait sauf que Cramoisy, sur le 4e but, le blessait aux adducteurs. Série noire pour le SAHB, qui logiquement accusait le coup (6-3, 16e ).

 

La tâche s’était singulièrement compliquée, mais le jeune portier Hugo Kriszt (18 ans, 6 apparitions en Pro D2 au compteur) tentait de mettre son stress de côté. Las, Sélestat voyait rouge après l’expulsion d’Eudaric (18e ). Complètement à côté de son sujet, le duo Seri-Joli (0/4 aux tirs chacun) symbolisait l’impuissance alsacienne (9-5, 24e ). Kosta Savic, le seul à surnager dans ce naufrage collectif, relançait la machine bas-rhinoise (9-6, 26e ), sans toutefois sonner le glas de la montée en puissance massicoise qui, avec un peu plus de précision dans le dernier geste, aurait pu corser davantage l’addition (11-6, 30e ).

 

Suite de l'article L'Alsace

 

Photo F. WURRY