> « Capables de le faire »

Rédigé le 20/05/2016.

Sélestat s’est compliqué la vie, mercredi à Massy. Mais son gardien, Jérémie Sargenton, sait les Violets capables d’inverser la situation, dimanche lors du deuxième acte, pour accéder à la finale des play-offs.

A part un coup du sort, rien ne semblait pouvoir arrêter Jérémie Sargenton mercredi. Malgré des adducteurs qui sifflent depuis de longues semaines, le gardien alsacien était tout simplement sur un nuage. « C’est sûr que j’étais parti sur les chapeaux de roues… »

 

Avec neuf parades en treize minutes, le Sélestadien avait jeté les bases d’un match à plus de 35 arrêts. « Est-ce que j’aurais continué sur le même rythme ? On ne peut pas le savoir. »

 

« On y croit dur comme fer »

 

Malheureusement, un coup du sort est venu stopper son élan. On joue la 13e minute, quand le Massicois Enzo Cramoisy le percute sur une contre-attaque. Jérémie Sargenton, après le choc, mettra quelques instants à se relever. « J’ai senti comme une décharge. »

 

Ses adducteurs, déjà fragiles, n’ont pas apprécié. « En général, j’ai des douleurs après chaque match pendant deux, trois jours. Là, c’était un peu plus fort que d’habitude. »

 

Après Julien Meyer, Sélestat a dû faire sans l’autre gardien professionnel de son effectif et c’est le jeune Hugo Kriszt, pensionnaire du centre de formation, qui a pris le relais, avec brio d’ailleurs (12 arrêts).

 

« Il aurait été physiquement possible de rejouer, explique Jérémie Sargenton. Mais il n’y avait aucune raison de sortir Hugo. Et puis, un gardien “handicapé”, ça peut vite devenir très compliqué. »

 

Suite de l'article DNA

 

Photo DNA