> Pro D2 (play-offs, finale retour) : Sélestat – Dijon (18h)

Rédigé le 29/05/2016.

Une heure pour rêver

 

Sélestat est à soixante minutes du bonheur et de la 22e saison de son histoire en D1. Pour atteindre leur Graal, les Violets vont devoir remonter les trois buts concédés à Dijon. Ils pourront compter sur un CSI bouillonnant pour retrouver les sommets.

« C’est le match le plus important de la saison. »

 

Florent Joli peut-il dire autre chose ? Les Sélestadiens sont à soixante minutes de leur Graal, d’une montée en D1 qui s’est refusée à eux, d’un rien, par la voie du championnat.

 

« On fait du sport pour pouvoir vivre ces moments-là »

 

Depuis le début des play-offs, Sélestat a perdu deux matches sur trois. Cela ne l’a pas empêché de se hisser en finale, et ça ne l’empêche pas non plus de rêver de sommets.

 

« On joue toute notre saison sur soixante minutes. C’est intéressant », souffle l’ailier droit violet. Cette finale retour, éminemment décisive (29-26 en Bourgogne), Florent Joli l’aborde avec appétit, certainement pas avec pression. « On fait du sport pour pouvoir vivre ces moments-là. Ce n’est pas donné à tout le monde, dans la carrière d’un joueur, de disputer ce genre de matches. »

 

On peut trouver des signaux positifs partout. On songe à ces deux succès violets en championnat contre Dijon, avec un écart qui permettrait de tutoyer le paradis aujourd’hui (27-18 à l’aller, 27-31 au retour).

 

« Mais on ne doit pas penser à ces matches-là. C’est un autre contexte, une autre dynamique », indique l’ailier droit.

 

On se souvient de cette demi-finale retour, quand Beauregard et consorts ont effacé, il y a une semaine au CSI, le retard concédé à Massy pour s’ouvrir les portes de la finale.

 

Suite de l'article DNA

 

Photo F WURRY