> Du rêve à la réalité

Rédigé le 31/05/2016.

Sélestat s’est réveillé hier matin en D1, encore habité par l’immense joie qui a suivi sa victoire contre Dijon, dimanche lors de la finale retour des play-offs (28-24). Yanis Lenne (19 ans) n’est pas le moins heureux. Violet depuis toujours, il a réalisé son rêve.

Il n’existe sans doute rien de plus beau. Ado, Yanis Lenne s’imaginait avec Sélestat, son club de toujours, sur le parquet du CSI face aux stars de la D1.

 

« J’ai commencé le hand ici. Mon rêve, quand j’étais petit, c’était d’être pro à Sélestat », souffle l’ailier droit (19 ans). Il s’est réalisé l’an passé.

 

« Déjà impatient d’être à la saison prochaine »

 

Mais ce rêve avait un prolongement, celui de réaliser « quelque chose de grand avec Sélestat. Et ça s’est produit… »

 

La joie que le Sélestadien a ressentie au coup de sifflet final lui a rappelé ses récents titres mondiaux et européens avec l’équipe de France U19.

 

« C’est différent, mais j’étais tout aussi heureux, sourit Yanis Lenne. Sélestat, c’est mon club. En plus, c’est ma première saison pro. »

 

L’ailier droit évoque surtout l’aventure humaine. « On forme une bande de potes. Monter avec des amis, c’est génial, ça donne encore plus de saveur. » Yanis Lenne n’oublie pas de saluer les partants – Joli, Fleurival, Vujic – et le fera bientôt avec Julien Meyer, puisque le départ du gardien vers Chambéry devrait être officialisé très prochainement.

 

Au coup de sifflet final, dimanche, un mélange de sensations l’a submergé. « C’était une joie immense, du soulagement aussi. La saison a été longue. Ça aurait été difficile de terminer sur un échec devant cet incroyable public. On avait l’accession en D1 en tête et ça aurait été dur pour tout le monde de repartir en D2. »

 

La conclusion est finalement belle. « On a connu beaucoup d’émotions ces dernières semaines, la défaite contre Cherbourg (qui a privé les Violets de la première place, ndlr) , les deux revers en play-offs, puis finalement la montée. Un véritable ascenseur émotionnel ! »

 

Suite de l'article DNA

 

Photo A KIEFFER