> Les Sélestadiens ont repris le chemin de l’entraînement hier

Rédigé le 05/08/2016.

Jeunesse triomphante

Après une saison à l’échelon inférieur, Sélestat retrouve l’élite pour la 22e année. Malgré le budget faible et l’effectif rajeuni, l’ambition portée par Christian Gaudin transparaît sur les objectifs du club.

« On n’est pas une équipe de faire-valoir, on n’est pas là pour jouer un rôle de sparring-partner », martèle Christian Gaudin, coach de Sélestat depuis février 2015. Le mot d’ordre du club est conquête, le mot à proscrire : maintien. Pourtant avec le plus petit budget de la nouvelle nommée Lidl Starligue (1,8 million d’euros) , il est normal de penser voir Sélestat jouer les seconds rôles dans un championnat relevé avec des grosses écuries telles Paris, Montpellier, Chambéry….

 

Mais, l’ancien gardien de but international veut insuffler une nouvelle mentalité : « J’entraîne une équipe pour gagner des matches, tous les matches. Depuis mon arrivée, j’essaye de faire bouger les lignes, de cesser de s’enfermer dans une certaine forme de complaisance et d’être déterminés. Je suis un compétiteur, et je sais que ça ne plaît pas à tout le monde. Mais, l’état d’esprit évolue dans le bon sens ».

 

Mentalité conquérante

 

Cette mentalité conquérante a été adoptée par la jeune équipe des Sélestadiens qui est allée chercher aux forceps sa place en première division, au terme de plays-offs brûlants après deux matches couperets contre Dijon remportés pour un but (défaite 29-26 et victoire 28-24)… peut-être grâce à cette nouvelle mentalité ?

 

Une volonté d’éduquer jusqu’à ses supporters : « Le public des plays-offs m’a beaucoup plu. Ils sont venus nous voir gagner et nous ont encouragés de la sorte. J’espère que l’année qui arrive sera la même ».

 

Pour survivre à l’échelon supérieur, le club n’a pas changé sa politique. Sans moyens pour recruter des “stars” ou des joueurs établis, ils ont misé sur des nouveaux talents. D’ailleurs, Sélestat partira à la conquête de la Lidl Starligue avec l’effectif le plus jeune des 14 équipes.

 

Suite de l'article DNA

 

Photo F WURRY