> Au stade de l’impatience

Rédigé le 03/09/2016.

Il est revenu médaillé, une fois de plus, de son été en Bleu. L’ailier droit sélestadien Yanis Lenne a désormais faim de D1.

Voilà maintenant trois ans que Yanis Lenne ne fait plus de plans pour ses vacances d’été. L’ailier droit sélestadien a bien voyagé en Pologne, en Russie puis au Danemark, mais c’était à chaque fois avec le maillot de l’équipe de France sur les épaules, après des mois de juillet et d’août consacrés à préparer Mondial et Euro.

 

Cela valait bien sûr le coup, puisque trois médailles, dont deux en or, ont ponctué ses étés bleus. Après l’Euro juniors, dont il est revenu en bronze, Yanis Lenne a coupé deux semaines avant de réenfiler son habituel paletot violet.

 

« J’ai pu me reposer. Je n’ai pas fait du tout de sport pendant ces deux semaines. C’était la première fois depuis trois ans. » Il a pu le “payer” en reprenant l’entraînement avec Sélestat – « C’était dur au début » –, mais ce break, salvateur, lui a permis de retrouver « de la fraîcheur et de l’envie ».

 

Et ce n’est pas un hasard si Yanis Lenne se dit désormais « impatient de reprendre le championnat, comme tous mes coéquipiers ». L’Alsacien de 20 ans sait que sa première saison complète en D1 sera « dure ». Mais il se réjouit de l’aborder avec ce groupe.

 

Le bien être collectif comme atout

 

« L’ambiance est aussi géniale que la saison dernière. Les joueurs qui sont arrivés cet été sont très motivés. » Et s’il a repris plus tard que les autres, l’ailier droit n’a éprouvé aucune difficulté pour se refondre dans l’équipe, « vu l’état d’esprit qui y règne ».

Suite de l'article DNA

Photo DNA