> Les paris de Bart

Rédigé le 19/10/2016.

 

Bart Ravensbergen a rejoint les rangs de Sélestat pour poursuivre sa progression. Au lendemain d’une prestation convaincante face à Nîmes, le gardien de la sélection néerlandaise va, ce soir (20 h 45) à Paris, affronter ce qui se fait de mieux en France. Avec respect, mais aussi détermination.

 

Progresser. Ce mot revient très souvent dans sa bouche. Et sonne comme l’affirmation d’une ambition à la fois personnelle et collective. Bart Ravensbergen n’a pas quitté la Bene League (l’élite des équipes néerlandaises et belges) pour rien. Sélestat est une étape supplémentaire sur la route de ce gardien de 23 ans, décidé à saisir sa chance en évoluant dans l’un des meilleurs championnats de la planète.

 

« Le niveau est plus fort que ce que j’ai connu jusque-là. Il faut s’y adapter. Les tirs sont plus puissants, plus rapides, plus précis car les tireurs visent les coins , souligne l’ancien du Bevo HC. Aux entraînements, j’ai le sentiment de progresser. Je dois aussi le montrer en match. Lors du dernier, j’étais mieux. J’espère continuer sur cette voie, faire encore plus d’arrêts. C’est bon pour la confiance. »

 

« Si on joue bien à Paris, on jouera bien contre Cesson »

 

Et pour la notoriété. Dans la morosité actuelle des résultats de son équipe, la prestation de Bart contre Nîmes (15 arrêts) n’est pas passée inaperçue. Son double arrêt sur Gallego et Tobie lui a valu la première place du top gardiens de la 4e journée. « J’ai reçu des messages d’amis aux Pays-Bas qui ont vu la vidéo. C’est cool. »

 

Son attitude et sa détermination peuvent rejaillir sur l’ensemble du groupe. Il veut en être l’un des catalyseurs. D’autant plus que le portier néerlandais estime que l’équipe qu’il a rejointe à l’intersaison vaut mieux que ce qu’elle a montré jusqu’à présent. « Nous avions une chance de gagner chaque match. Mais on a commis trop de fautes , regrette le gardien batave. Je suis persuadé qu’on peut mieux faire. Nous avons prouvé qu’on était capable de jouer à ce niveau et qu’on pouvait prétendre gagner des matches. Nous avons juste besoin d’un peu de chance et d’un peu plus d’expérience. »

 

Ce soir (20 h 45) à Coubertin, dans l’antre du champion de France, le défi paraît démesuré pour le promu. Le SAHB ne parait pas de taille à lutter contre cette machine de guerre qui ne cède que trois matches du championnat de France à ses adversaires depuis deux ans. « C’est excitant de jouer une équipe avec autant de vedettes » , concède Ravensbergen qui a déjà affronté quelques membres du gratin européen sous le maillot national, avec notamment un succès sur la Pologne (25-24) et une courte défaite contre la Croatie (24-27).

 

Suite de l'article L'Alsace

 

Photo F WURRY