> Sélestat - Montpellier (27-34)

Rédigé le 08/12/2016.

 

La marche était encore trop haute

La logique a été respectée hier soir à Sélestat où le SAHB a rapidement été distancé par Montpellier. Mais grâce à une bonne réplique en deuxième période, les Alsaciens ont évité une défaite trop lourde, ne s’inclinant finalement que de sept buts (27-34).

 

Le suspense n’a pas duré longtemps. À l’issue d’une dernière égalité à 3 partout, les Montpelliérains ont pris leur distance. Et dix minutes plus tard, le sort du match était jeté (4-10). En encaissant dix buts rien que dans le premier quart d’heure, les Violets s’étaient tiré une sacrée balle dans le pied.

 

Tom Guillermin avait beau virevolter sur son aile droite en marquant quatre des cinq premiers buts de son équipe, cela n’était pas suffisant pour colmater les brèches en défense ou éviter d’encaisser des buts sans gardien. Le SAHB a vu la balle rouler au fond de ses filets à trois occasions au cours de ces premières minutes avant que le gardien, Jérémy Sargenton, ne puisse reprendre sa place dans la cage.

 

Un premier quart d’heure meurtrier

 

Sélestat avait opté pour une prise de risques maximale dès le coup d’envoi pour tenter de surprendre l’ogre montpelliérain. Mais cette option n’a pas payé. Même en surnombre, l’attaque violette peinait à trouver une fenêtre dans la muraille adverse. Cette tactique s’est même retournée contre les locaux. Comme leurs tirs n’allaient pas au fond, ils ont été quitte à encaisser deux buts du fantasque gardien de l’équipe de France, Vincent Gérard, qui, comme d’habitude au CSI, n’a pas pu s’empêcher de s’en prendre au public à défaut de faire une grande prestation.

 

Il n’a pas non plus eu besoin d’être particulièrement transcendant, tant les tireurs adverses n’étaient pas très menaçants lors des vingt premières minutes. Entre deux matches de Ligue des champions et avec des absents (Grebille et Guigou notamment), Montpellier gérait ses efforts et n’avait pas besoin de trop se fouler. Un deuxième 3-0 entre la 18e et la 20e minute lui offrait déjà huit buts d’avance à la 20e (6-14).

 

Ça sentait la fessée pour la lanterne rouge. Mais les Sélestadiens n’ont pas baissé les bras. C’est là leur plus grand mérite, hier soir. À l’image de Rudy Seri qui avait manqué trois de ses quatre premiers tirs avant de régler la mire et de finir le match sur un excellent 9 sur 15, le SAHB a soudain trouvé un second souffle, finissant la première mi-temps en trombe et passant un 3-0 à un adversaire qui n’a répliqué que par un jet de sept mètres avant la pause (11-17).

 

Le match étant plié, autant vendre chèrement sa peau. On a donc eu droit à un joli chassé-croisé durant la seconde période, chaque équipe répliquant sans que l’écart ne grandisse ou ne diminue (18-26). Une sorte de match de gala qui n’en fût plus tout à fait un quand Sélestat passait un 6-2 pour recoller à quatre longueurs (24-28) à moins de huit minutes de la fin.

 

Suite de l'article L'ALSACE

Photo A KIEFFER