> Sélestat s’incline à Nantes (40-29)

Rédigé le 23/03/2017.

 

Emporté par la vague

 

Hier, Sélestat a été emporté par la vague nantaise (40-29). Une sortie qui a valeur d’apprentissage pour la troupe de Christian Gaudin avant de croiser le fer avec Saran, un adversaire plus abordable.

 

C’est une histoire de couleur partagée, le violet, entre le porte-drapeau de l’Ouest et celui de l’Est, et même de famille pour les cousins Derot-Gaudin.

 

Nantes a d’autres priorités

 

Face à une équipe en souffrance mais vaillante, le HBC Nantes avait déjà un peu la tête à son rendez-vous historique du week-end, un huitième de finale de Ligue des Champions contre le PSG. Mais la volonté de (très) bien faire et valider une 20e victoire de rang, toutes compétitions confondues, a pris le pas sur les beaux efforts d’Eudaric et de ses partenaires.

 

Dans le même temps, le voisin cessonnais douchait les espoirs de maintien de Créteil – battu à Nîmes (30-26) – en disposant de Saran sur le plus petit des écarts (26-25).

 

Nantes se montrait bien moins clément face à son hôte du soir. Cinglants, les locaux ont croqué, déchiqueté consciencieusement, le tendre plat du jour, se passant les couverts avec appétit.

 

Certes, l’entame de match laissait à Sélestat l’occasion de goûter au menu (6-6, 8e ), mais le “H” est capable d’épicer sérieusement le plat de résistance (12-7, 14e ). « C’est vrai que, peut-être en première mi-temps, on n’a pas mis l’intensité nécessaire, en particulier en défense, glissait Théo Derot (meilleur marqueur du match avec 8 buts). Au vestiaire, on s’est rappelé à l’ordre afin de se remettre dans le droit chemin. C’était important de ne pas se relâcher avec ce qui va arriver… »

 

Derot ne faisait d’ailleurs pas de quartier à la reprise (25-20, 35e ). Et quand les Sélestadiens marquaient un but, ils recevaient en retour une double dose de la part des artilleurs de la Cité des Ducs…

 

Suite de l'article DNA

 

Photo AIR PICTURES