> L’autre SAHB - PSG

Rédigé le 07/04/2017.

 

Demain à 20 h au CSI, les jeunes du centre de formation du SAHB vont défendre leur place de leader contre leur prestigieux dauphin, leurs homologues du Paris Saint-Germain, unique équipe à les avoir battus. Le vainqueur de cette deuxième manche fera un grand pas vers la N1.

 

Alors que d’habitude, à deux jours de la réception du PSG il n’y a plus une seule place de libre, cette fois-ci, le CSI ne fera pas le plein. Normal puisque cette confrontation concerne les équipes réserves des clubs professionnels. S’il y a beaucoup de talents dans les deux effectifs, les joueurs n’ont pas encore la popularité de leurs aînés. Pourtant cette affiche de ce samedi à 20 h, vaudra le déplacement.

 

En premier lieu en raison du contexte de ce match. « Ce n’est pas tout à fait une finale entre les deux premiers car il restera quatre matches à joueur et notamment un dernier déplacement chez une autre équipe du trio de tête, Livry-Gargan , corrige Thierry Demangeon l’entraîneur des Violets, mais c’est le match dont on avait rêvé. Ça m’aurait embêté de perdre avant ce match. Là nous l’abordons en position de leader, ce qui nous offre une possibilité de monter en Nationale 1. C’est surtout le match phare que tout le monde à envie de jouer. »

 

Son équipe du SAHB a, jusque-là, réussi une saison du tonnerre. Le seul accroc a eu lieu au cours du match aller à Paris où les Sélestadiens ont explosé face à une équipe qui avait perdu deux fois au cours des six premières journées. Mais depuis ce 19 novembre 2016, le PSG est sur orbite. Rien ne résiste à une équipe qui reste sur une série de 11 victoires d’affilée. Et qui affiche un différentiel de 152. « C’est une équipe qui monte en puissance. En ce moment, c’est 10 à 15 buts pour tout le monde » , constate encore Demangeon. Demandez aux joueurs de Plobsheim qui en ont pris 21 (45-24) ce qu’ils en pensent.

 

À l’aller, les Sélestadiens avaient pris cher pour découvrir la valeur de leur adversaire (34-18). « Ils étaient déchaînés, avaient beaucoup plus d’envie que nous. On a littéralement été étouffés en n’étant pas capables de marquer plus que 5 buts en première mi-temps , se souvient Nicolas Schneider. Ils ont une très grosse équipe. Physiquement ils sont impressionnants. Et puis ça court. Il faudra déjà tenir le coup physiquement si on veut essayer de prendre notre revanche. »

 

Les Alsaciens qui possèdent avant ce match le meilleur bilan des leaders des six groupes de Nationale 2 vont mettre toute leur bonne volonté dans ce match qui peut leur ouvrir la perspective d’une montée à l’échelon supérieur qui équivaudrait au troisième échelon national. « C’est important pour nous car ce serait la première fois qu’un club aurait une équipe e D2 et une autre en N1. C’est un challenge sportif très intéressant , estime Thierry Demangeon en tant que responsable du centre de formation. Si on m’avait dit en début de saison qu’on allait disputer la montée au PSG, déjà archi-favori, en début de saison, j’aurais signé immédiatement. »

 

Ses joueurs qui ont donc réussi à faire mieux que ce que leur entraîneur avait envisagé à l’entame de la saison vont essayer de pousser le bouchon encore plus loin. Ils n’ont d’ailleurs rien à perdre.

 

Article L'Alsace