> Ce soir à 20h00 : SELESTAT - TOULOUSE

Rédigé le 19/04/2017.

 

Ce n’est pas parce qu’ils ont passé la plus grande partie de la saison à perdre leurs matches que les Sélestadiens vont vouloir faire rimer Toulouse avec la « loose ». Ce serait mal connaître ce groupe qui s’est battu avec ses armes et dont les efforts ont rarement été payés en retour. Mais qui a le mérite de vouloir clore dignement ce chapitre qui restera comme l’un des plus sombres de Sélestat au sein de l’élite.

 

cinq journées du baisser de rideau, le verdict est définitivement tombé depuis la défaite à Nîmes, une semaine plus tôt. L’an prochain le SAHB sera à nouveau un club de D2 (Proligue). « Même si nos derniers espoirs se sont définitivement envolés, on a forcément envie de bien finir , clame Thomas Gaudin. Pour une grande majorité des joueurs, c’est la fin de l’aventure sélestadienne et on a vraiment à cœur d’aborder chaque match à fond. Comme on l’a fait depuis le début de l’année. »

 

Après avoir réussi à mettre fin à une terrible série de 12 revers d’affilée en D1, il y a trois semaines face à Saran, les Violets aimeraient bien la poursuivre ce soir contre Toulouse. Est-ce présomptueux face au 8e du championnat ? Pas plus que ça. « Comme la plupart des équipes de ce championnat, à part les deux ou trois premières, le Fenix est un adversaire à notre portée. On a les capacités pour le battre , estime l’ailier gauche du SAHB. Après, forcément, dans les têtes, c’est compliqué parce qu’on échoue de peu à chaque fois. Mais on va encore tout faire pour apporter une victoire au public. Et à nous aussi ».

 

À condition d’y croire et d’être immédiatement dans le coup. Pas comme la semaine dernière dans le Gard. « C’est notre pire match de la saison , tranche Thomas Gaudin. Un non-match pour tout le monde. Ça a commencé fort d’entrée. On n’était vraiment pas dedans. Alors que les Nîmois pètent la forme. Ils peuvent accrocher l’Europe et sont au taquet. Ils ne se sont pas privés de nous enfoncer. Ça ne nous était pas arrivé souvent cette saison. On s’était presque toujours accroché. On est sortis très frustrés de ce match, déçus de notre prestation. »

 

Suite de l'article L'Alsace

 

Photo F WURRY