> Sonnée d'entrée

Rédigé le 15/09/2017.

Plombé par un premier acte catastrophique, Sélestat a raté ses débuts en championnat, vendredi soir contre Chartres, un autre prétendant à la montée en Lidl Starligue.

Le test, cette fois, devait être vraiment probant. Car sans faire injure à Vernon, promu en Proligue et balayé la semaine passée en Coupe de la Ligue, Chartres, c’est une autre dimension, une équipe taillée pour la montée.

Sélestat a raté ce test. Et il n’y a pas besoin d’aller chercher bien loin pour l’expliquer. « Notre première période a été catastrophique, notamment au niveau défensif », soupire Christophe Viennet.

Pendant ces trente premières minutes, les Violets se sont montrés « beaucoup trop gentils », de l’aveu même de leur entraîneur. « On s’est fait marcher dessus dans l’engagement physique. »

Très vite, le navire sélestadien a commencé à tanguer, sans que personne ne parvienne à écoper. Chartres, et sa kyrielle de joueurs expérimentés, n’en demandait pas tant pour creuser un premier écart (4-5 à la 10e , 6-10 à la 15e ).

Mais quand Basic, sur penalty, ne trouvait pas le cadre, quand Savic et Anquetil scoraient dans la foulée (8-10, 18e ), on pouvait croire que ce moment de flottement était passé. Impression trompeuse. L’arrière-garde sélestadienne, étrangement permissive, continuait d’inquiéter (11-18 à la pause).

« Nous sommes déçus, car nous voulions montrer un autre visage »

La frustration n’arrangeait pas les affaires violettes. « On a manqué de concentration, car on s’est dispersé sur autre chose que le jeu. Sur l’erreur de celui d’à-côté, sur l’arbitrage… », déplore encore Christophe Viennet.

Les intentions ont été bien « meilleures » après le repos. Enfin solides derrière, les Violets relançaient cette rencontre en une poignée de minutes, portés par le triplé de Gutfreund (16-19, 37e ). Anquetil, par deux fois, ramenait les siens à deux longueurs (18-20 à la 41e , 20-22 à la 46e ). Mais il y a toujours eu une erreur dans ces moments clés pour empêcher que le rapproché soit encore plus franc.

« Ça ne s’est pas joué à grand-chose, souffle Christophe Viennet. On a manqué de lucidité sur quelques possessions, sur ces ballons pour recoller vraiment. » Ensuite, l’élastique a cassé. Et Sélestat, impuissant, a vu l’écart enfler (21-29 à la 57e , 22-29 au final).

 

Suite de l'article DNA