> Le vrai départ pour Sélestat ?

Rédigé le 22/09/2017.

Après son départ manqué la semaine passée contre Chartres, Sélestat entend lancer son championnat ce soir (20 h 30) du côté de Nice, promu en Proligue.

Avec l’arrivée de l’arrière gauche Jeroen De Beule dans une dizaine de jours, après les matches contre Nice et Besançon, Thomas Cauwenberghs ne sera plus le seul joueur des «Red Wolves» à Sélestat. La colonie belge s’agrandit en LNH et ce n’est pas pour déplaire à l’ailier droit violet, qui en fut l’un des pionniers puisqu’il évolue dans l’Hexagone depuis 2012.

En Belgique, Thomas Cauwenberghs était commercial dans la pharmaceutique, le handball étant toujours amateur. « Mes parents m’avaient dit “OK pour faire du hand, mais les études d’abord !” Maintenant que je suis père de famille, je les comprends (sourire). »

Il a encore fallu calmer les craintes familiales au moment de faire le grand saut, à 26 ans, à Angers, alors en D2. « Il n’y a pas une grande culture du haut niveau en Belgique, explique l’ailier droit. J’avais signé un an, je me disais que je retrouverais du boulot si ça ne marchait pas. »

D’Angers à Sélestat, en passant par Mulhouse et Ivry, Thomas Cauwenberghs a réussi son pari. Il a ouvert une voie dans laquelle certains de ses coéquipiers en sélection s’engouffrent désormais. « Mon exemple a pu susciter l’envie, cela a peut-être permis à d’autres de se dire que c’était possible. »

Sous la houlette de Yérime Sylla, sélectionneur depuis 2011 (et aussi coach de Cesson en Lidl Starligue), la Belgique a aussi franchi les paliers pour s’inviter dans le concert des meilleures nations européennes. « Il a cru en notre potentiel. »

Le haut niveau est aujourd’hui moins obscur pour les handballeurs belges, qui s’expatrient davantage. Ils sont cinq à avoir rejoint la LNH cet été et cela aidera forcément la sélection du plat pays à s’élever. « Ça change une équipe », souffle Cauwenberghs.

Jeroen De Beule est le dernier transfuge en date. Lui aussi va mettre son boulot entre parenthèses - il est prof de maths - pour vivre l’aventure du handball professionnel. Mais en attendant l’arrivée en Alsace de son compatriote, Thomas Cauwenberghs pense aussi et surtout à ce match à Nice.

 

Suite de l'article L'ALSACE

Crédit photo : Georges CANTARUTTI