> Les Violets se libèrent

Rédigé le 16/10/2017.

Après deux échecs à domicile, Sélestat a mis fin à la mauvaise série en remportant sa première victoire en championnat à domicile face à Dijon (29-26). Même si tout n’a pas été parfait, l’essentiel est assuré.

Les amoureux du beau jeu repasseront. Les amateurs de suspense, eux, ont apprécié. Car ce Sélestat – Dijon est resté indécis jusque dans les dernières minutes. Les Violets ont juste évité de faire peur à leurs supporteurs en gérant bien ces derniers instants cruciaux, contrairement au match contre Besançon, deux semaines plus tôt, qui leur avait valu de se faire rattraper sur le fil.

La leçon a été apprise, puisqu’hier soir, Yoann Eudaric et ses partenaires n’ont pas dilapidé leur maigre matelas d’avance (deux ou trois buts) à l’entrée des cinq dernières minutes.

Les Sélestadiens ont même habilement exploité les occasions qui se sont présentées à eux.

« On voulait enfin gagner à domicile, pour le public qui est toujours derrière nous »

Car s’ils virent en tête à la pause (13-12), cela ne reflète pas exactement la physionomie de la première période puisque, dans ce premier acte, ce sont les Dijonnais qui ont fait la course en tête. Pas de la première minute, puisque Sélestat avait ouvert le score par Eudaric, mais de la 4e (1-2) jusqu’à la 28e (11-12).

Les Violets avaient su revenir à 7-7 sur un contre éclair de Bottlaender consécutif à un arrêt plein d’à-propos de Kieffer, après avoir été un temps relégué à trois longueurs (2-5, 12e ). Mais une fois que l’occasion de passer en tête a été gâchée, les Dijonnais ont à nouveau remis les gaz. Sans creuser l’écart.

Il a suffi d’une meilleure gestion de la balle des Alsaciens pour qu’ils évitent d’être distancés. Puis d’une interception de Gutfreund dans la dernière minute, suivie d’une chevauchée de l’arrière droit vers le but bourguignon pour porter les siens en tête (13-12) à quelques secondes du buzzer.

Cette avance, Sélestat va la conforter après la reprise grâce à un homme : Thomas Cauwenberghs. Dans les dix premières minutes de la deuxième période, il est l’unique Sélestadien à alimenter le score. Avec quatre penalties et un but de l’aile droite. L’écart en faveur des joueurs de Christophe Viennet grimpe à trois buts à la 38e minute : 17-14.

Les coéquipiers de Mehdi Ighirri ne baisseront pas pour autant les bras. À plusieurs reprises, ils recolleront à un but (20-19 à la 46e , 21-20 à la 48e ).

Mais un Sélestadien s’est chargé de calmer leurs ardeurs. Entré en jeu à la 34e minute, le gardien néerlandais s’est immédiatement signalé par un double arrêt. De quoi se donner confiance et de rassurer ses partenaires.

« Je n’étais pas titulaire et c’était un bon choix, dira Bart Ravensebergen après le match. Parfois, je suis un peu stressé de commencer à domicile. C’était bien d’entrer comme ça, à un moment important, j’étais direct dans le match. »

Suite de l'article DNA

Crédit Photo : Cyril GIFE