> Le cœur violet

Rédigé le 19/10/2017.

Longtemps mené, Sélestat a su se ressaisir dans les vingt dernières minutes pour prendre un point à Créteil, l’autre relégué de Lidl Starligue.

Après un début de championnat et des résultats en demi-teinte, les Sélestadiens avaient l’opportunité de faire coup double : confirmer leur victoire contre Dijon tout en creusant un petit écart sur un concurrent direct pour les play-offs.

Si les gardiens n’étaient pas à la fête lors des cinq premières minutes (une seule parade pour Robin comme pour Ravensbergen), les attaquants se montraient efficaces de part et d’autre. Aux deux réalisations d’Anquetil répondaient les deux buts de Sissoko. Tant et si bien que les égalités se succédaient jusqu’à 5-5 (6e ).

Les minutes suivantes allaient s’avérer particulièrement délicates pour joueurs de Christophe Viennet. Enchaînant pertes de balle, tirs sur les montants ou sur un Robin montant en température, les Alsaciens voyaient les Franciliens s’éloigner lentement, mais sûrement (11-6, 13e ), avant que Cauwenberghs ne retrouve le chemin des filets.

Entré à la place de Ravensbergen, le jeune Kieffer, avec 9 arrêts sur 19 tirs en première période, retardait grandement la progression val-de-marnaise. Le retard sélestadien devait osciller entre trois et cinq longueurs dans le premier acte.

Rodrigues et Sissoko faisaient tourner le compteur cristolien. Sélestat était mené 17-12 (28e ) après le but de Jensterle, mais Seri permettait aux siens de ne compter “que” quatre longueurs de retard au moment de repasser par la case vestiaires (17-13).

La deuxième période repartait sur le même scénario. Tandis que Robin, l’ancien de la maison violette, multipliait les parades face à son club formateur, ses partenaires continuaient à donner le tempo. Rodrigues et un autre ancien Sélestadien, Tej, offraient aux Cristoliens leur plus bel avantage (20-14, 38e ).

Malgré plusieurs parades d’un excellent Kieffer, le fossé ne se réduisait pas (23-18, 43e ). C’est alors que les Sélestadiens débutaient un premier rapproché. Un doublé de Gutfreund, entrecoupé d’une réussite de Valentin, relançait le suspense (23-21, 48e ).

Suite de l'article DNA

Photo Cyril GIFE