> Comme on se retrouve !

Rédigé le 30/10/2017.

C’était le 8 septembre dernier pour ce qui constituait l’ouverture de la saison au CSI Germain-Spatz. En 16e de finale de la Coupe de la Ligue, Sélestat accueillait Vernon. Et se défaisait sans vraiment forcer d’une formation normande visiblement pas encore dans le coup (31-21).

Près de deux mois plus tard, Eurois et Bas-Rhinois se retrouvent, vendredi soir, pour le compte de la septième journée de Proligue. Une rencontre qui n’aura de toute évidence rien à voir avec la précédente et que les joueurs de Christophe Viennet ont tout intérêt à prendre très au sérieux.

Requinqués par une série de trois matches sans défaite (victoire face à Dijon et nul à Créteil en championnat, succès face à Nice en 8e de finale de la Coupe de la Ligue), les Sélestadiens ont certes le vent en poupe. Pointant à la 5e place du classement après un début d’exercice en demi-teinte (deux défaites, un nul pour une victoire), ils se sont remis en selle dans la course à l’accession au plus haut niveau (directement ou par le biais des play off) en même temps qu’ils affichaient des progrès indiscutables dans le jeu.

Plus solides en défense devant une paire de gardiens (Valentin Kieffer et Bart Ravensbergen) parmi les tous meilleurs de la poule, mais aussi plus incisifs en attaque dans le sillage de leurs ailiers de feu (Arthur Anquetil et Thomas Cauwenberghs sont les meilleurs buteurs de leur équipe), les ‘’violets’’ ont semble-t-il trouvé leur rythme de croisière.

Mais cette équipe est jeune et reste donc sujette à quelques sautes d’humeur. Capable du meilleur comme à Créteil où, à la faveur d’une fin de match haletante, elle est parvenue à arracher le point du match nul (21-15 à la 40e, 28-28 au final), mais aussi du pire comme devant Besançon quand, menant 25-21 à une poignée de minute du terme, elle s’est délitée pour ne sauver que le minimum (25-25).

Il reste donc à ‘’Je’’ (prononcer Yé) De Beule et aux siens à gagner en régularité et en maîtrise et la venue de Vernon vendredi soir représente une belle occasion d’afficher les progrès réalisés à ce niveau.

Attention cependant ! Après un début de saison intéressant (deux succès pour commencer), la troupe de Benjamin Pavoni a certes lâché du lest, elle qui reste sur quatre matches sans victoires. Mais face à des équipes de tout premier plan. Après un revers à Billère ou il est toujours difficile de s’imposer, elle a ainsi acculé Chartres (le leader) au nul (25-25), s’inclinant de peu à Caen, le 3e (31-28) avant de céder face à Pontault-Combault, le 2e (24-29).

La formation emmenée par Pablo Marrochi, un demi-centre efficace (32 buts en six matches), et Samuel Clemencia (32 buts également) qu’on revoit avec plaisir au CSI, s’annonce donc redoutable. Et n’a sans aucun doute plus grand chose à voir avec celle que le SAHB a étrillé il y a deux mois.

Elle a grandi depuis l’ouverture de la saison. On l’a dit, la formation alsacienne aussi. Voilà qui nous promet un sacré mano a mano vendredi soir. On a hâte d’y être…

Crédit Photo : Fabien Jo