> Sélestat II avec sérieux

Rédigé le 06/11/2017.

Les jeunes Violets ont réglé le sort de Lagny en vingt minutes pour s’acheminer vers une victoire nette et sans bavure.

À une défaite par neuf buts d’écart à Folschviller (37-28), quinze jours plus tôt, succède une victoire avec 14 buts d’avance (40-26) face à Lagny.

Les soirées se suivent mais ne se ressemblent pas pour les réservistes de Sélestat qui ont frappé fort, samedi, il est vrai face à l’une des défenses les plus poreuses du groupe.

« Ces sautes d’humeur sont souvent le lot des équipes de centres de formation », relativise le coach, Thierry Demangeon, qui a particulièrement goûté le bon comportement de ses élèves.

Alors qu’il trouve souvent à ergoter, et c’est son rôle, sur les prestations de son équipe, cette fois, l’entraîneur du SAHB a apprécié.

« C’est la première fois cette saison que nous réussissons un match assez plein. Avec très peu de pertes de balle. C’est simple, nos adversaires n’ont pas vu le jour. »

Dans un contexte propice au relâchement comme c’est le cas quand une équipe, de surcroît à la moyenne d’âge assez basse, mène de plus de dix buts, le coach sélestadien est également ravi de voir son équipe disputer le match à fond.

En étant appliqués et déterminés, les jeunes Violets n’ont pas laissé planer le doute. Après avoir fait le break bien avant le premier quart d’heure (7-5, 13e ), ils passent un 6-1 qui les place déjà loin devant (13-6, 21e ).

Si, à la mi-temps, l’issue du match ne faisait presque plus de doute, l’entame du second acte a définitivement balayé tout suspense (22-10, 33e ). L’écart maximal sera de 15 unités (37-22, 53e ). Les Sélestadiens atteignant les 40 buts à la 59e minute.

Cette victoire vient à point nommé pour les Violets qui devaient se relever de deux résultats défavorables, leur nul face à Saint-Brice-Courcelles et la défaite en Lorraine évoquée en préambule.

Les coéquipiers d’un Julien Castro Da Silva, auteur de plus du quart des buts de son équipe (11), ont aussi pu pallier aux absences de plusieurs joueurs clé et principalement leur gardien, Hugo Kriszt, victime d’une fracture du petit doigt et qui devra ronger son frein pendant plusieurs semaines, tout comme Arthur Jund, victime d’une double fracture du poignet, quinze jours plus tôt.

Malgré ce double handicap, les jeunes Sélestadiens ont joliment rempli leur contrat.

Article et photo DNA