> N2 : Jeunesse sans pitié

Rédigé le 13/11/2017.

La réserve de Sélestat n’a pas fait de détail en infligeant une première et rude défaite au leader, Metz, qui a été complètement dominé par une équipe en verve portée par son gardien, Pierre Brozat.

La déroute à Folschviller, il y a trois semaines, avait fait craindre le pire pour la réserve de Sélestat, au lendemain d’un nul peu glorieux à domicile contre Saint-Brice. Cette claque a peut-être servi de déclic puisque le SAHB II est, dès lors, devenu irrésistible et insatiable.

Après Lagny, que les joueurs de Demangeon ont laissé à 14 buts, il y a huit jours, Metz n’a pas davantage pu résister à l’appétit des Violets qui ont relégué le leader à 15 longueurs (36-21). Un score sidérant face à un adversaire invaincu.

« On voulait surtout s’employer à proposer un jeu propre, avec le minimum de fautes, sans penser forcément à une victoire », avoue Pierre Brozat. Le gardien sélestadien et ses jeunes acolytes ont donc réussi une prestation au-delà de leurs espérances.

Sur un rythme qui a décontenancé les Lorrains. De 4-1 (6e ) jusqu’à 6-2 (11e ) et encore 9-4 (20e ), l’évolution du score n’a été qu’une longue ascension vers une victoire nette et sans bavure. Basée sur une défense de fer et des relances ultra-rapides, conclues à bon escient.

De retour à Sélestat après un passage à Strasbourg et une coupure pour terminer ses études d’ingénieur à Lille, Pierre Brozat a été la pierre angulaire de ce succès. « J’ai dû lever le pied à cause du boulot. Mais ça me démangeait trop de reprendre la compétition, raconte celui qui a fait échec à près d’une vingtaine de tirs messins. J’ai trouvé un arrangement avec Thierry Demangeon qui avait besoin d’un troisième gardien. L’idée étant d’avoir un joueur solide en cas de blessure chez l’un des gardiens. » Hugo Kriszt, absent plusieurs semaines, son suppléant a fait oublier son absence.

« Metz a dû être surpris par notre bloc défensif dès le départ qui nous a permis de creuser un petit écart et de poser notre jeu en attaque. En maintenant ce niveau défensif pendant tout le match, on gagne sur un gros écart. » En rajoutant cinq arrêts, dont plusieurs sur des tirs à six mètres, à ses dix de la première période, le gardien de Sélestat a fini d’écœurer les Lorrains, relégués à dix buts (26-16) à la 42e.

Cette démonstration de force conforte les jeunes Sélestadiens dans le Top 4, avant un autre choc contre Mulhouse/Rixheim dans deux semaines. Elle leur apporte aussi un surcroît de confiance. « L’équipe essaie de gagner en maturité. C’est un centre de formation avec des joueurs talentueux qui doivent gagner en expérience. On sent qu’ils ont compris comment attaquer un match contre des équipes plus solides. » Ça promet pour la suite.

Article et Photo DNA