> Sélestat s’impose sur le fil contre Caen (30-29)

Rédigé le 16/11/2017.

Sélestat a dû lutter jusque dans les dernières secondes pour assurer une courte mais précieuse victoire (30-29) sur une tenace équipe de Caen qui aurait pu égaliser à la sonnerie sans un contre de Nyembo.

Les matches à domicile n’ont rien d’une promenade de santé pour les Sélestadiens. Hier encore, pour signer leur deuxième victoire de la saison en cinq réceptions, les Violets ont tremblé jusqu’au bout. Le scénario leur a été favorable puisqu’ils ont tout de même fini par empocher les deux points de l’enjeu.

Un succès mérité au vu de leur prestation, mais contesté jusqu’au bout par des Normands qui sont toujours restés dans la course et auraient pu partager les points à la dernière seconde sans un sauvetage de Gabriel Nyembo qui a annihilé la dernière tentative du meilleur buteur adverse, Nenad Zeljic. Préservant ainsi un petit but d’avance qui peut valoir cher au moment du décompte final.

La bonne affaire comptable se concrétise d’ailleurs au classement après cette 9e journée fatale au leader et prochain adversaire des Violets, Pontault-Combault, battu à Chartres. Les places se resserrent en tête de la Proligue puisque sept équipes se tiennent en trois points. Sélestat gagne ainsi un rang en passant son adversaire du jour et pointe à deux points des deux premiers, Chartres et Pontault-Combault qui peuvent être rejoints par Istres qui ne joue que ce soir à Cherbourg.

L’équilibre est donc encore fragile. Cela se traduit aussi sur les parquets. À l’image de l’explication indécise de bout en bout entre Alsaciens et Normands. Même si les locaux ont fait la course en tête durant la plus grande partie de la soirée, ils n’ont jamais réussi à se défaire de leur adversaire qui a sauté dans les brèches d’une brèche alsacienne pas totalement irréprochable hier soir comme le reconnaît volontiers le coach du SAHB.

« Il nous a manqué de l’agressivité défensive, mais l’essentiel est préservé, constate Christophe Viennet. On a réussi à faire ce qu’il fallait, même en étant imparfait. On manque un peu de grinta, en défense et en attaque. C’est une équipe jeune, qui a besoin de se reconstruire dans la victoire. »

Souvent derrière, les Caennais ont surtout pesé dans les dernières minutes des deux périodes. Se permettant même de profiter d’un temps fort dans les cinq dernières minutes de la première mi-temps (6-3 en faveur de Caen) pour rentrer aux vestiaires avec une longueur d’avance (15-16).

Les efforts des Violets durant les trente premières minutes n’ont donc pas été payants. La dizaine d’arrêts de Ravensbergen, les coups de patte de Seri et les contres d’Anquetil (3 buts chacun) ont été insuffisants pour contenir des adversaires particulièrement motivés.

La sortie, à la 17e ’, d’Arthur Anquetil qui s’est écroulé dans les six mètres en se tenant la cheville, a été préjudiciable à son équipe dans cette fin de mi-temps. On le constate à la reprise quand l’ailier prêté par Montpellier inscrit quatre des six buts de Sélestat à la reprise. Redonnant ainsi trois buts d’avance à son équipe (20-17, 37e ’).

 

Suite de l'article DNA

Photo : Cyril GIFE