> S’affirmer à domicile

Rédigé le 01/12/2017.

Les Sélestadiens éprouvent des difficultés à faire la loi dans leur salle. Ce soir (20h) contre Nancy, les Violets veulent poursuivre leur série en s’évitant des frayeurs.

Plus une série est longue et plus sa fin est proche. Ce principe mathématique, les Sélestadiens ne veulent pas en entendre parler.

Au contraire. Ils n’ont qu’une envie : prolonger le plus longtemps possible leur invincibilité qui dure depuis six journées. Mieux même. Ils comptent faire le plein au cours des huit jours à venir, à écouter Nicolas Schneider.

« Les deux prochaines réceptions, ce sont des matches où un nul serait un mauvais résultat. Ces deux-là, on se doit de les gagner avec les ambitions que l’on a ». Nancy, ce soir, puis Limoges, la semaine suivante sont autant d’adversaires ciblés par les Violets. À trois journées de la fin du cycle aller, il n’est pas question de ralentir la cadence.

Samedi dernier, à Pontault-Combault, ils étaient à deux doigts de ramasser la mise. Mais ils ont dû concéder le nul à la dernière seconde. C’est dommage, mais pas catastrophique. « Le coach a dit qu’on sait si un nul est bien après le résultat du match qui suit. Si on le gagne c’était un bon match nul, pas si on le perd ».

Quand on est le suppléant d’un des meilleurs buteurs de la Proligue, Arthur Anquetil, on sait aussi qu’il faut savoir ronger son frein et attendre son heure. Le demi-centre, reconverti ailier de substitution, ne s’en plaint pas.

« Ce n’est pas si évident parce que, lorsqu’on fait appel à toi, il faut rentrer tout de suite dans le match. Il n’y a forcément ce petit temps d’adaptation, comme l’année dernière quand, lorsque je commençais mal, je savais qu’il me restait encore 55 minutes pour me reprendre. Là, ça n’existe plus. »

Suite article DNA

Photo archives Cyril GIFE