> « L’envie de bien faire »

Rédigé le 18/12/2017.

Préposé au travail défensif, Ognjen Djeric, a particulièrement apprécié le boulot effectué par les Sélestadiens dans ce domaine pour cueillir une équipe de Lidl Starligue et d’aborder le déplacement de Billère, mercredi, avec détermination.

Votre entraîneur, Christophe Viennet a apprécié l’intensité de la défense de Sélestat face à Massy. C’est une satisfaction ?

– On a beaucoup travaillé en défense ces derniers temps parce qu’on était passé au travers de la première mi-temps contre Limoges où on a pris 17 buts. On avait commis de grosses erreurs alors que la défense est un de nos points forts. Défendre et monter des ballons, c’est notre marque de fabrique. Si on n’arrive pas à mettre ça en place c’est plus compliqué. Samedi Massy a essayé d’imposer un faux rythme en jouant très lentement. Mais on a réussi à mettre notre défense en place. À ne pas réitérer nos erreurs contre Limoges. C’est de bon augure pour Billère. Ça nous a donné un match compétitif avant l’échéance.

– En revanche l’attaque a un peu balbutié et a davantage joué sur jeu placé ?

– On était très impliqués défensivement et, du coup, on a commis davantage d’erreurs en attaque où on a perdu un peu plus de ballons. J’ai remarqué que nos adversaires connaissent notre jeu. Ainsi à Dunkerque, je n’ai jamais vu une équipe replier aussi vite contre nous. Les mecs anticipent de plus en plus. Ça semble leur faire peur. C’est bien.

– Éliminer une équipe de Starligue, ça prouve votre valeur ?

– Encaisser 26 buts contre une équipe de Lidl Starligue, c’est correct. Moins on prend de buts, plus on a droit à faire quelques erreurs en attaque. On a aussi des rotations qui nous permettent de tourner que ce soit en attaque comme en défense. Tout le monde était heureux à la fin du match. J’ai senti cette joie dans le vestiaire. Il y avait des sourires. En plus c’était le dernier match de l’année au CSI où on est un peu moins performant. Il n’y avait pas beaucoup de monde, mais le public était content. On a fait une bonne prestation. Le staff et le président étaient heureux.

– Vous semblez aussi prendre plus de plaisir cette année ?

– L’atmosphère est différente. L’année dernière, pour plusieurs raisons, c’était compliqué.

Cette année on a la chance d’avoir un groupe uni, on communique beaucoup, horizontalement comme verticalement, entre nous et avec le staff. On sent le soutien des dirigeants comme Laurent Hild qui nous fait passer des messages. On a l’envie de faire, l’envie de jouer. Comme le souligne souvent l’entraîneur, on est dur entre nous. On ne se pardonne pas beaucoup de choses. Pas méchamment mais parce qu’on veut bien faire.

– C’est un groupe perfectionniste ?

– C’est un peu ça. On a tous envie de bien faire. Pour l’instant ça se passe très bien. Et Billère va être le match qui va dessiner cette fin de cycle aller. Selon le résultat on va pouvoir dire si on a fait une première partie réussie ou en demi-teinte.

On est allé en quart de finale de la Coupe de la Ligue, on arrive aux 8es de finale de la Coupe de France (qui se joueront le mercredi 7 février) , on est « playoffable » dans le top 5 de la Proligue. Tout doucement on réalise ce qu’on espérait faire.

Suite de l'article DNA

Photo : Fabien Jordhery