> Le cap des 50 ans !

Rédigé le 10/01/2018.

Le passage du cap des 50 ans n’a pas été de tout repos pour l’étendard du sport sélestadien qui a traversé une forte zone de turbulences pour son retour au plus haut niveau français qui l’a empêché de rivaliser avec des adversaires bien plus structurés. Le SAHB se reconstruit désormais en Proligue où il fait partie des prétendants à la montée.

Se glisser dans la peau d’un quinquagénaire est un passage qui s’avère quelquefois douloureux. Si les années accumulées offrent l’expérience et la sagesse, elles rendent l’existence plus aléatoire.

Entré dans sa cinquantième année avec faste, le Sélestat Alsace Handball a ainsi dû rapidement déchanter. Le retour en Lidl  Starligue s’est transformé en véritable chemin de croix avec un bilan famélique de 2 victoires et un nul en 26 journées. Le premier succès n’arrivant qu’après 19 matches de championnat !

« On était tombés vraiment bas »

Les conséquences ont été lourdes. En plus d’un retour à l’étage inférieur, le club a perdu quelques joueurs historiques (Jung, Beauregard) et a encore dû laisser filer une pépite (Lenne, un an après Meyer), contraint, du coup, de reconstruire un groupe et de redorer un blason sacrément terni.

«  Cette année reflète bien ce qu’est la vie. Avec des hauts et des bas. Des satisfactions et des grosses désillusions . On était tombés vraiment bas en fin de saison dernière. L’image qu’on a pu donner n’était pas reluisante , regrette le président du club, Laurent Hild. On a réussi à redresser la barre sur la première partie de la nouvelle saison même si tout n’est pas encore parfait ».

La dégringolade a pris fin en même temps que celle de l’ère Gaudin qui restera comme l’une des pires dans l’histoire du club du centre Alsace. Pas forcément en termes de résultats puisqu’avant ce passage cauchemardesque en Starligue, il y a eu une montée arrachée à la suite de play-offs palpitants.

L’accumulation des défaites a marqué les têtes. Celles des joueurs et aussi des spectateurs restés sur leur faim et ne reconnaissant plus les vertus portées d’habitude par leurs favoris.

Depuis la rentrée, malgré cinq points perdus à domicile et une fréquentation du CSI inférieure à la moyenne, la tendance s’est inversée. Les sourires sont de retour. L’équipe est prometteuse et a de quoi faire vibrer.

« On n’a pas toutes les cartes en main »

« Si l’on s’en tient aux chiffres, on est dans les objectifs puisqu’on peut prétendre aux play-offs même si on est ex aequo avec le sixième. On est encore en lice en 8es de finale de la Coupe de France. On s’est hissé jusqu’en quart de finale de la Coupe de la Ligue. Le bilan est correct. Il aurait pu être meilleur parce qu’on aurait dû gagner plus de matches à domicile. Il est aussi entaché par la dernière défaite avant la trêve. C’est dommage car on était sur un bon cycle, » rappelle le président des Violets.

Malgré une base arrière-orpheline de ses deux artilleurs Herbulot et Savic, blessés, Sélestat finit la première moitié de la saison parmi les prétendants aux play-offs. La possibilité d’un retour en Lidl Starligue est à nouveau envisageable. Mais le jeu en vaut-il la chandelle ? Est-ce que Sélestat peut envisager de se pérenniser au plus haut niveau ou est-il condamné à faire l’ascenseur ?

« Notre structure est à un palier entre la première et la deuxième division. Pour se projeter à long terme sur la Lild Starligue, on n’a pas toutes les cartes en main. C’est compliqué. Comme ça l’est pour 3-4 clubs, qui sont souvent les mêmes , constate le numéro 1 du SAHB. Le haut niveau représente un aboutissement mais aussi un écueil pour un club comme Sélestat et son entité économique. On se heurte à nos limites. Est-ce qu’on arrivera un jour à les franchir à nouveau ? L’avenir nous le dira. C’est, malheureusement, l’enseignement qu’on doit tirer de notre dernier passage en Lidl Starligue, » estime celui qui a pris les rênes du club à l’été 2016.

On apprend souvent de ses erreurs. Le quinquagénaire sélestadien va continuer de marquer le hand français de son empreinte. À sa manière, grâce à la formation et la volonté de perdurer. Pour Laurent Hild, le SAHB « a les armes en main pour faire une deuxième partie de saison encore meilleure. »

Elle débutera par un choc face à Nîmes en Coupe de France le mercredi 7 février puis face au leader Istres, le samedi 10 février.

Article L'ALSACE

Photo officielle Manu PULICANO